Carrefour Belgique: 28 magasins fermés ce vendredi

© Heline Vanbeselaere
© Heline Vanbeselaere

Delphine Latawiec secrétaire nationale de la CNE en charge du secteur commerce était au micro de Bel RTL ce vendredi matin pour réagir au plan de restructuration Carrefour qui menace 1. 233 emplois en Belgique.

« 14 magasins sont fermés à cette heure-ci, principalement en Wallonie et à Bruxelles. À Bruxelles, tous les hypermarchés sont fermés. Le mouvement devrait s’intensifier dans les régions de Liège et de Namur », a-t-elle déclaré. Ce sont en fait 28 magasins qui n’ont pas ouvert leurs portes ce matin. Ces fermetures ont été décidées à la suite des assemblées de personnel.

Delphine Latawiec déplore un manque d’anticipation, à l’origine du cataclysme social dont les employés sont désormais victimes. « Cela fait plusieurs années qu’on tire la sonnette d’alarme. Ce sont des choses qu’on aurait pu voir venir depuis au moins 5 ans », explique-t-elle. « Personne n’a anticipé du côté de la direction et ce sont les travailleurs qui passent à la casse ».

Un paquet de 500 personnes qui devront quitter les supermarchés

Quant à l’avenir proche du personnel et la stratégie à adopter, la secrétaire nationale CNE est restée vague ce matin sur RTL. « Nous allons voir nos troupes et fixer les stratégies à adopter d’ici lundi », a-t-elle déclaré. « Notre objectif sera de limiter la perte. Il y a un pour l’instant un chiffre global, un paquet de personnes, à peu près 500 qui devront quitter les supermarchés à cause de la digitalisation et d’une organisation du travail différente ». « Il y aura des départs volontaires, des départs à la retraite anticipés (…) on peut envisager une réduction du temps de travail qui permettrait de partager les emplois. »

« On n’attend rien du politique »

Delphine Latawiec dit ne rien attendre de la part du gouvernement. « Ils ne feront rien », a-t-elle déclaré, en rappelant l’inaction du gouvernement après la dernière restructuration chez Delhaize.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-144047934-full

    Grand Baromètre: les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    Charles Michel, cinq ans au four et au moulin

  3. On ne parle encore de pénurie dans les fonctions de directeur mais d’un vrai souci de recrutement pour de nombreux pouvoirs organisateurs. © René Breny.

    Le blues des directeurs et directrices d’école

Chroniques
  • Comment on passe de l’extrême gauche à l’extrême droite

    Je crois l’avoir déjà relevé dans ces colonnes : la convergence à laquelle on a assisté, à l’occasion du mouvement des «  gilets jaunes  », entre extrême droite et extrême gauche, constitue l’un des phénomènes les plus significatifs (et les plus lourds de conséquences) de l’après-guerre en France.

    On en constate déjà les résultats. Un cadre élu du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, vient d’annoncer son ralliement au Rassemblement National de Marine Le Pen. Surtout, un sondage publié par Le Figaro révèle que 36 % des électeurs de Mélenchon (contre 4 % il y a cinq ans) ont une bonne opinion de la patronne de l’extrême droite.

    Déjà, et cela passa presque inaperçu, un ancien...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite