Braine-l’Alleud découvre la liste Intérêt Citoyen

Une devise
? «
L’union faitla force
!
»
Une devise ? « L’union faitla force ! » - J.-P. D.V.

Le programme n’est pas encore très fourni car il estime qu’il doit s’étoffer au contact des personnes qui viendront sur la liste Intérêt Citoyen (IC) qu’il lance en vue des élections communales du 14 octobre. Mais sur le combat anti-éolien, il persiste et signe : « Il faut annuler le plan au niveau communal et régional. C’est tout sauf une énergie renouvelable puisqu’il faut entre six et huit ans d’exploitation pour qu’une éolienne soit rentable. À condition qu’elle soit financée par des certificats verts… »

Stéphane de Lantsheere a eu son heure de gloire sur les plateaux télé ou pour sa chanson pour le ministre Carlo Di Antonio, qui lui a permis de dire tout haut ce qu’il pensait sur le sujet. À 51 ans, le Brainois estime à présent qu’il faut aller plus loin « face au désintérêt de la population envers le politique, dans sa tour d’ivoire et oubliant leurs préoccupations. Je pense par exemple à la navette que Braine-l’Alleud vient de lancer alors qu’elle était au programme des précédentes élections. Si cela tombe, on la supprimera après les élections car elle n’est pas rentable. »

Ancien spécialiste en techniques de conférence et créateur de sociétés, ce père de famille avec quatre enfants, travaille aujourd’hui au sein de la Société royale protectrice de l’enfance et s’occupe du projet « Vic », qui a pour but d’accompagner les jeunes de 18 ans et plus vers l’autonomie.

Une vocation nationale

La politique brainoise, il dit commencer à bien la connaître. D’ailleurs, il estime avoir « de bons contacts » avec le MR Vincent Scourneau et le PS Olivier Parvais : « Par contre, c’est plus compliqué avec le CDH Olivier Vanham. Quant à Ecolo, on se demande quand ce parti s’occupera réellement d’écologie. »

Et d’ajouter : « Intérêt Citoyen a pour vocation d’être un parti d’union nationale dans lequel chaque citoyen peut se reconnaître. Ensemble, nous arriverons à avoir une politique propre et équilibrée. C’est fini, la politique de papa, de père et fils, ou de se cacher derrière une liste citoyenne comme le PS à Braine-l’Alleud. Il faut faire passer nos idées pour éviter qu’on nous resserve la même salade. D’abord au niveau communal avant de viser plus haut. »

Stanilas de Lantsheere pense déjà à l’introduction du bilinguisme (français-flamand) dès les maternelles dans les écoles communales ou l’incitation des entreprises à embaucher au niveau local.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boris Johnson savoure son succès, mardi, après le vote du parti conservateur. Mais les Européens l’attendent de pied ferme.

    Brexit: l’Union européenne attend les premiers signaux de Johnson

  2. Le vaccin contre la varicelle a permis une forte diminution des infections
invasives à streptocoque. © D.R.

    Des chercheurs belges craquent le code du streptocoque

  3. François de Rugy a l’intention de porter plainte pour diffamation contre Mediapart. Mais le site d’information maintient toutes ses révélations.

    France: François de Rugy (presque) blanchi

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Sauver la Terre, c’est aussi préserver l’être humain de l’asphyxie

    L’eau des climatiseurs pour se désaltérer quand les robinets ne s’ouvrent que sur du vide. Des points d’eau verrouillés pour empêcher les familles de puiser plus que leur quota quotidien. Des heures d’attente aux fontaines. Des ordres de passage tirés au sort pour éviter les bagarres. De l’eau achetée à prix d’or par les plus pauvres tandis que les riches pompent des nappes phréatiques exsangues. Des douches au compte-gouttes et des repas servis dans des feuilles d’arbre pour éviter la vaisselle à laver. Un homme lynché, des camions-...

    Lire la suite