La fermeture du Carrefour de Belle-Île aura un impact sur son extension

Pour le propriétaire du centre commercial Belle-île, une grande surface n’est plus considérée comme «
une locomotive
» pour les autres commerces.
Pour le propriétaire du centre commercial Belle-île, une grande surface n’est plus considérée comme « une locomotive » pour les autres commerces. - MICHEL TONNEAU.

L’annonce en a choqué plus d’un, le Carrefour de Belle-Île en Liège va officiellement fermer ses portes en juin prochain. Une bien triste nouvelle pour les employés du magasin de la chaîne française de grande distribution mais également pour la galerie qui a récemment annoncé son agrandissement.

Quatre millions de visiteurs

Il y a tout juste trois jours, Belle-île a signalé qu’une importante série de travaux allait avoir lieu. Le site liégeois compte s’agrandir et démarrer son chantier durant l’été prochain. En tout, 50 millions d’euros d’investissement ont été annoncés pour rénover et construire une toute nouvelle extension. La surface du centre commercial passera donc prochainement de 30 à 40.000 mètres carrés. Mais ce n’est pas tout, le nombre de places de parking supplémentaires sera au nombre de 500 tandis que 20 nouveaux commerces vont également prendre place dans cette nouvelle aile. De très bonnes nouvelles pour la galerie commerciale qui a comptabilisé près de quatre millions de visiteurs l’an dernier. Seule ombre au tableau : l’annonce de la fermeture du Carrefour. « J’ai appris la nouvelle dans la presse, ce jeudi. Un peu comme tout le monde d’ailleurs », explique Kasper Deforche, administrateur délégué de Wereld-have Belgium, la société propriétaire de la galerie « Je n’ai reçu aucune communication de la part du groupe. D’ailleurs, quand j’ai appris pour la fermeture du magasin, j’ai directement essayé de joindre un des responsables. » Tout comme le personnel de l’établissement, Kasper Deforche a été très surpris par cette triste annonce qu’il juge assez soudaine. « Tout doit être revu. Nous avons bien évidemment des contrats signés avec Carrefour qui sont, dorénavant, à revoir. Il est important de vérifier et de redéfinir les engagements. »

Une grande surface n’est plus une locomotive

Malgré tout, une question subsiste encore : le projet d’agrandissement est-il finalement toujours d’actualité ? « Même s’il est encore beaucoup trop tôt pour s’avancer, il est vrai que cette fermeture doit impérativement être prise en compte et surtout intégrée dans nos plans. Une réflexion doit véritablement être faite autour de ce nouvel élément », poursuit l’administrateur délégué de Wereld-have Belgium, qui souligne également le fait que l’image de l’hypermarché au sein d’un centre commercial, quel qu’il soit, a véritablement évolué. Selon lui, le modèle a perdu une certaine vitesse et la présence d’une grande surface n’est plus vraiment considérée comme « une locomotive » pour les autres commerces de la galerie.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. INDIA FIELD HOCKEY WORLD CUP 2018

    Coupe du monde de hockey: un titre tellement beau et mérité pour les Red Lions

  2. marche contre Marrakech

    «Rats de gauches», «notre peuple d’abord»: des extrémistes flamands dérapent dans le quartier européen

  3. Le président de la COP24, le secrétaire d’Etat polonais Michal Kurtika, n’a pas caché sa joie à l’issue de la conférence. © AFP.

    Climat: la COP24 a fait le job technique, mais elle passe à côté des ambitions

Chroniques
  • Chroniques et chroniqueurs: à quoi servent-ils?

    Il est d’usage, en fin d’année, de faire des bilans et d’émettre des vœux. Voilà trois ans que je tiens cette chronique, laquelle est la 153e publiée sur le site du Soir ; l’occasion, pour une fois, de me conformer à l’usage…

    Pour être précis, j’ai commencé les chroniques dans les pages du Soir en 2002. Je peux déjà faire une double constatation : les sujets qui agitent l’actualité aujourd’hui étaient présents à l’époque (montée des extrêmes droites, du nationalisme, du repli identitaire, du populisme ; terrorisme islamiste et d’extrême droite ; défi climatique ; délitement de la démocratie représentative ; financiarisation outrancière du monde et soumission du politique à la finance) ; leur acuité n’a fait que se renforcer, parce que les réponses qui y ont été apportées ont été insuffisantes, inefficaces, voire absentes.

    Il n’y a, je pense, pas grand intérêt à publier des volumes de chroniques, car celles-ci sont le plus souvent ancrées dans une actualité singulière, quand bien même, à la différence d’un...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite