Migrants: une loge maçonnique écrit à ses parlementaires pour qu’ils s’opposent aux visites domiciliaires

Migrants: une loge maçonnique écrit à ses parlementaires pour qu’ils s’opposent aux visites domiciliaires
dr.

Une loge maçonnique bruxelloise influente, dépendant de l’obédience « Droit humain », a envoyé un courrier pour le moins inhabituel aux parlementaires fédéraux qui évoluent dans la mouvance, ainsi qu’à toutes les loges de l’obédience en Belgique. Ce courrier, reçu hier par les élus, est explicite : il les incite à ne pas voter le projet de loi du gouvernement fédéral autorisant les visites domiciliaires et visant les personnes en séjour illégal dans le pays. « Nous espérons que tu auras à cœur de t’opposer à ce texte dangereux et d’y sensibiliser les membres de ta formation politique », lit-on notamment dans cette missive, dont nous avons obtenu copie.

La loge maçonnique critique le projet de loi et « l’intimidation » à l’égard de celles et ceux qui accueillent les migrants : «  “Respecte l’étranger voyageur, aide-le, sa personne est sacrée pour toi”, nous apprend le précepte maçonnique. On pourrait gloser sur ce que ce projet porte de criminalisation de l’étranger en situation irrégulière. On pourrait aussi souligner tout ce qu’il porte d’intimidation, pour ne pas dire de punition, à l’encontre de ceux et celles qui font le choix de tendre la main à leurs frères et sœurs en humanité, de leur offrir le refuge temporaire de leur foyer, en leur ouvrant leurs portes. »

Inviolabilité du domicile

Mais c’est davantage sur le sort fait au principe d’inviolabilité du domicile que la loge s’inquiète : « Bien plus fondamentalement, c’est le principe même de la restriction et de la protection de l’inviolabilité du domicile qui nous paraît représenter une menace grave pour les droits et libertés individuelles qui nous sont chers et que notre Ordre a contribué à bâtir au travers de nombreux combats démocratiques. »

De mémoire de franc-maçon, la démarche est inhabituelle, même si, nous explique-t-on, on s’interroge, dans le milieu, sur la nécessité de communiquer davantage à l’avenir, et publiquement, dans une série de débats. Cette lettre n’est pas du goût de tous cependant, elle suscite des critiques au sein de la franc-maçonnerie. « Cela risque de renforcer le cliché d’une influence occulte de la loge, et de cliver les membres, qui ne se regroupent pas en raison de l’appartenance à un parti, mais autour de valeurs », confie un membre.

Voilà, en tout cas, qui contribue à mettre la pression sur la majorité fédérale, cela dans un dossier, on le sait, très controversé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boulanger, un métier devenu bien compliqué ces dernières années.

    Le déclin des boulangeries wallonnes

  2. d-20190129-3QZDPD 2019-01-29 17:23:46

    Bruxelles: il faut trouver de nouvelles réponses à la crise du logement

  3. Alors que la vie privée est en passe d’effacer son œuvre et que plusieurs radios ont décidé de le bannir de leur antenne, qu’on le veuille ou non, la musique de Michael Jackson est plus vivante que jamais.

    Dix ans après, l’héritage musical de Michael Jackson

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite