Carrefour Belgique: les syndicats dénoncent la «compassion hypocrite» du gouvernement

©D.R.
©D.R.

Les syndicats arrivés peu avant 16h30 au Lambermont à Bruxelles ont dénoncé vendredi la «  compassion hypocrite » du gouvernement fédéral. Ils rencontrent des représentants du gouvernement après l’annonce par Carrefour d’un plan d’économie menaçant plus de 1.200 emplois.

«  Nous sommes venus par politesse, mais nous n’attendons rien du gouvernement », a déclaré Delphine Latawiec, secrétaire nationale au syndicat chrétien CNE.

«  C’est de l’hypocrisie, le gouvernement a créé les conditions pour de telles restructurations », a embrayé Myriam Delmée, vice-présidente du Setca, syndicat socialiste.

«  Le gouvernement joue les pleureuses, mais c’est trop tard. Il a réduit à néant les conditions de travail de qualité avec l’élargissement des flexi-jobs, l’assouplissement du travail étudiant, du travail de nuit, du travail à temps partiel… S’il veut vraiment faire quelque chose pour l’entreprise (Carrefour, ndlr), il faut un encadrement légal qui tienne la route et de l’emploi de qualité. »

Une alternative sérieuse aux prépensions ?

Les syndicats jugent également trompeuses les déclarations de plusieurs ministres, s’opposant au recours à des prépensions. «  Quand le gouvernement aura une alternative sérieuse aux prépensions, on en reparlera », selon Mme Delmée.

La rencontre à la résidence officielle du Premier ministre Charles Michel se tient en présence de la ministre des Affaires sociales Maggie De Block, du ministre de l’Emploi Kris Peeters, du ministre des Finances Johan Van Overtveldt et de son homologue wallon Jean-Luc Crucke.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite