Carrefour Belgique: les syndicats dénoncent la «compassion hypocrite» du gouvernement

©D.R.
©D.R.

Les syndicats arrivés peu avant 16h30 au Lambermont à Bruxelles ont dénoncé vendredi la «  compassion hypocrite » du gouvernement fédéral. Ils rencontrent des représentants du gouvernement après l’annonce par Carrefour d’un plan d’économie menaçant plus de 1.200 emplois.

«  Nous sommes venus par politesse, mais nous n’attendons rien du gouvernement », a déclaré Delphine Latawiec, secrétaire nationale au syndicat chrétien CNE.

«  C’est de l’hypocrisie, le gouvernement a créé les conditions pour de telles restructurations », a embrayé Myriam Delmée, vice-présidente du Setca, syndicat socialiste.

«  Le gouvernement joue les pleureuses, mais c’est trop tard. Il a réduit à néant les conditions de travail de qualité avec l’élargissement des flexi-jobs, l’assouplissement du travail étudiant, du travail de nuit, du travail à temps partiel… S’il veut vraiment faire quelque chose pour l’entreprise (Carrefour, ndlr), il faut un encadrement légal qui tienne la route et de l’emploi de qualité. »

Une alternative sérieuse aux prépensions ?

Les syndicats jugent également trompeuses les déclarations de plusieurs ministres, s’opposant au recours à des prépensions. «  Quand le gouvernement aura une alternative sérieuse aux prépensions, on en reparlera », selon Mme Delmée.

La rencontre à la résidence officielle du Premier ministre Charles Michel se tient en présence de la ministre des Affaires sociales Maggie De Block, du ministre de l’Emploi Kris Peeters, du ministre des Finances Johan Van Overtveldt et de son homologue wallon Jean-Luc Crucke.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite