Sauvetage épique au Pakistan d’une alpiniste française

© AFP
© AFP

Une alpiniste française a été secourue dans un sauvetage épique avec une ascension sans précédent menée de nuit sur le Nanga Parbat dans la partie pakistanaise de l’Himalaya, surnommée la «montagne tueuse», mais les recherches ont été suspendues dimanche concernant un grimpeur polonais.

La Française Elisabeth Revol a pu être sauvée dans cette expédition périlleuse lancée samedi après-midi par des alpinistes polonais appuyés par l’armée pakistanaise qui n’a cependant pas été en mesure d’atteindre le Polonais Tomek Mackiewicz.

© AFP
© AFP

Le sauvetage de Tomek n’est «malheureusement pas possible, parce que le temps et l’altitude mettraient en danger la vie des sauveteurs», a déclaré un ami d’Elisabeth Revol, Ludovic Giambiasi, sur Facebook.

«C’est une décision terrible et douloureuse. Nous sommes profondément tristes», a-t-il ajouté.

« La montagne tueuse »

Quatre alpinistes avaient été acheminés pour cette mission de sauvetage par voie aérienne par l’armée pakistanaise depuis le camp de base du K2, deuxième plus haut sommet du monde derrière l’Everest mais souvent considéré comme plus complexe à gravir que ce dernier.

L’alpiniste pakistanais Karim Shah, qui est en contact avec les membres de cette expédition, a affirmé que ce sauvetage était sans précédent dans l’histoire de l’alpinisme. Les sauveteurs ont gravi sans corde fixe et de nuit 1.200 mètres par une route très difficile.

Neuvième plus haut sommet du monde, le Nanga Parbat (8.125 mètres), dans le nord-est du Pakistan, a été surnommé la «montagne tueuse» car plus de 30 alpinistes y ont trouvé la mort avant qu’il soit vaincu pour la première fois, en 1953.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite