Accueil Monde États-Unis

«Pays de merde»: Donald Trump s’excuse auprès des dirigeants africains

Lors d’une réunion dans le Bureau ovale, Donald Trump avait utilisé le terme « pays de merde » en référence à des pays d’Afrique ainsi qu’à Haïti et au Salvador.

Temps de lecture: 1 min

Donald Trump a assuré dans un courrier aux dirigeants africains que les États-Unis « respectent profondément » les Africains, a-t-on appris dimanche de sources diplomatiques, deux semaines après un concert d’indignations provoqué par des propos insultants pour l’Afrique attribués au président américain.

Dans cette lettre datée de jeudi et adressée aux chefs d’État rassemblés dimanche et lundi pour le 30e sommet de l’Union africaine, dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, M. Trump indique par ailleurs que le secrétaire d’État Rex Tillerson se rendrait sur le continent en mars, pour la première fois depuis qu’il est chef de la diplomatie américaine.

« Les États-Unis respectent profondément les partenariats et les valeurs que nous partageons avec l’Union africaine, ses pays membres et ses citoyens à travers le continent. Je tiens à souligner que les États-Unis respectent profondément les Africains », assure le président Trump dans ce document.

« Nos soldats combattent côte à côte pour défaire les terroristes » et «  nous travaillons ensemble pour intensifier un commerce libre, juste et réciproque », a-t-il notamment ajouté.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Pasquale Russo, dimanche 28 janvier 2018, 14:51

    "nous travaillons ensemble pour intensifier un commerce libre, juste et réciproque " Peut être quelqu'un pour lui dire que ce n est pas du tout le cas?

  • Posté par albert vynckier, lundi 29 janvier 2018, 0:36

    vous parlez d'une veste polar réversible?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en USA

Affaire Epstein: un 2e témoin confirme le rôle de Ghislaine Maxwell

A l’instar de la première victime qui a raconté la semaine dernière les abus sexuels de Jeffrey Epstein quand elle n’avait que 14 ans, ce témoin a confirmé le rôle que jouait l’accusée, jugée pour avoir recruté de 1994 à 2004 de jeunes filles mineures afin de les mettre à disposition du financier américain mort en prison en 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs