Opaline Meunier: «On m’a laissé le choix jusqu’à la dernière minute de revenir sur ma décision» (vidéos)

Opaline Meunier © Le Soir/Dominique Duchesnes
Opaline Meunier © Le Soir/Dominique Duchesnes

Invitée de RTL, Opaline Meunier s’est à nouveau justifiée sur son choix de rejoindre la liste d’ouverture menée par George-Henri Bouchez, « Mons en Mieux », pour les prochaines élections communales à Mons.

« On m’a laissé jusqu’à la dernière minute. On m’a dit que je pouvais faire marche arrière. Tu peux revenir sur la liste du CDH », a commenté la jeune étudiante aujourd’hui sans emploi. « J’ai dit non et c’est normal c’est incompatible avec une fonction nationale auprès du parti ».

Dans notre édition du week-end, Opaline Meunier et Georges-Louis Bouchez ont expliqué au « Soir » ce qu’il s’est réellement passé en coulisse.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A la table des négociations sur les accords de Grenelle le 27 mai 1968, on retrouve notamment le Premier ministre Georges Pompidou (au centre) et, à sa gauche, Jacques Chirac, alors secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi.

    France: quand le pouvoir tente d’acheter la paix sociale

  2. Quelle ambitoin pour l’avenir
? «
40 ans, c’est l’âge du pouvoir, à 60, on reçoit ce qu’on vous réserve.»

    Koen Geens: «Le débat identitaire est vide et instrumentalisé»

  3. Lorenzo Pellizziari, cofondateur de Retviews, avec son équipe, dans leurs bureaux partagés de l’avenue Louise à Bruxelles.

    Retviews: des Bruxellois qui fricotent avec les géants du luxe français