Accueil Monde Europe

Les encombrantes vues de Puigdemont sur le Parlement flamand

Le leader catalan aurait échangé avec la N-VA pour y prononcer son discours d’investiture. L’affaire paraît mal engagée pour Puigdemont, déjà entravé par la décision de la Cour constitutionnelle d’Espagne de mettre en place un cadre très restrictif autour de sa réélection prévue mardi.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 4 min

Carles Puigdemont se serait-il rapproché de la N-VA pour obtenir de prononcer son discours d’investiture au parlement flamand ? C’est en tout cas ce que croient savoir nos confrères espagnols de l’agence EFE, appuyés par VTM. L’ancien président du gouvernement catalan, toujours en exil à Bruxelles, aurait été en contact ce week-end avec le parti flamand au sujet d’une éventuelle utilisation de l’institution. Des négociations qui seraient même entrées au stade « final » samedi soir. On ne sait pas si les échanges se sont poursuivis après l’annonce de la mise en place d’un cadre restrictif, par la Cour constitutionnelle, autour de la réélection de Puigdemont comme président de la Catalogne.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par michiels fernand, mardi 30 janvier 2018, 20:50

    Pour Carles Puigdemon je ne vois pas ce qu'il cherche a se pavaner avec la NVA parti qui fait partie du gouvernement en place.

  • Posté par Miguel Roch, lundi 29 janvier 2018, 15:47

    S'il veut être investi, qu'il aille en Espagne, où il serait arrêté pour être mis à disposition du juge Llamera. S'il accepte de déclarer, en répondant aux questions et en garantissant qu'il respectera la loi, la Constitution, en abandonnant l'idée d'une séparation unilatérale, il est probable que le juge le laisse en liberté (sous conditions) comme c'est déjà le cas pour toute une série d'autres politiciens nationalistes. Ceux qui sont encore en prison sont ceux qui refusent de déclarer ou de renoncer à l'unilatéralité. En Belgique, des bourgmestres ne sont pas nommés pour des broutilles et tout le monde trouve ça normal...

  • Posté par Miguel Roch, lundi 29 janvier 2018, 15:42

    "Jan Peumans (N-VA), qui nous informe n’avoir reçu aucune demande FORMELLE ". Cela sous-entend des pourparlers informels pour tâter le terrain. Ce type a déjà scindé la Catalogne en deux camps ennemis et il est prêt à diviser la Belgique, en pensant que cela servirait à sa cause (si la Flandre devait proclamer son indépendance, la Catalogne ne serait plus isolée...).

Aussi en Europe

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs