De plus en plus de travailleurs au bout du rouleau: 28.000 Belges souffrent de burn-out

De plus en plus de travailleurs au bout du rouleau: 28.000 Belges souffrent de burn-out

Les métaphores pour décrire le burn-out ne manquent pas. Anne Everard, auteure d’un livre destiné à aider celles et ceux qui, comme elle l’a vécu elle-même, traversent une période de burn-out, en a recueilli de nombreuses au fil des témoignages qu’elle consignait. On lit notamment : « Un incendie consumant toutes les ressources internes », « un tsunami qui se retire », « une corde qui rompt ».

Un changement de management, une perte de sens au travail, la naissance d’un enfant, la perte d’un proche sont autant d’éléments déclencheurs qui peuvent faire basculer une personne en état de « stress positif » vers l’épuisement total. Le corps décompense alors brusquement, les batteries sont à plat, plus moyen d’allumer le moteur.

Et la pathologie n’a pas de terrain de prédilection, elle se répand dans tous les types de milieux professionnels.

Aucune profession n’y échappe

« Si le secteur de la santé (les médecins généralistes et les infirmières, particulièrement) a longtemps connu une plus forte prévalence de burn-out, aucune profession n’y échappe réellement aujourd’hui », affirme François Perl, directeur général du service indemnités de l’Inami.

L’épidémie progresse d’ailleurs à grands pas. Ainsi, le coût de l’incapacité de travail est estimé par l’Inami à 7,1 milliards d’euros en 2017, et parmi les quatre cent mille personnes indemnisées, environ 7 % souffrent de burn-out (soit 28.000 cas) et 15 % de dépression. Pour François Perl, il faut d’ailleurs « envisager ces deux pathologies ensemble : le burn-out et la dépression ont évolué de façon parallèle ces dernières années, et l’une est encore souvent diagnostiquée à la place de l’autre… » Cette confusion a conduit, pendant plusieurs années, à une imprécision statistique de taille : entre 2010 et 2015, le nombre de burn-out a certes doublé, mais de nombreux burn-out étaient, à tort, classés dans la catégorie « dépression ».

L’ingrédient essentiel à la guérison d’un burn-out, c’est le repos. « Il faut prendre le temps d’accepter sa situation, insiste Isabelle Hansez, professeure de psychologie du travail à l’ULg. Les médecins recommandent en général deux à trois semaines de repos complet. »

Une fois le corps reposé, c’est l’accompagnement psychologique qui prime. Or, celui-ci passe trop souvent à la trappe. Il est pourtant crucial puisqu’il raccourcit les durées d’incapacités de travail et, ainsi, réduit leur coût pour la société.

> Notre enquête complète est à lire sur Le Soir Plus

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite