Deux gardiens de prison condamnés

La prison d’Arlon, théâtre 
d’un trafic de drogue.
La prison d’Arlon, théâtre d’un trafic de drogue. - Thienpont.

Le tribunal correctionnel de Liège a condamné 14 personnes, dont deux agents pénitentiaires, dans le cadre d’un épais dossier de trafic de stupéfiants visant la Région liégeoise, l’Allemagne et la prison d’Arlon.

La drogue était redistribuée au sein de l’établissement pénitentiaire grâce à un détenu qui y purgeait déjà une condamnation pour trafic de stupéfiants, un certain Hafiz, 29 ans, qui s’était autoproclamé chef des prisonniers pour tout ce qui concernait la drogue. Il pilotait même, de sa cellule, des opérations d’import-export réalisées à l’extérieur et portant sur plusieurs dizaines de kilos de cannabis, vendus à 3.300 euros le kilo.

Le dossier avait démarré d’Allemagne, où était amenée une partie de l’importante quantité de drogue brassée par les trafiquants. Il avait mené à Liège, où une petite dizaine des prévenus étaient actifs dans l’importation et la vente de cannabis, cocaïne et héroïne sous les ordres d’Ali, un Liégeois de 37 ans, et Hafiz, de sa cellule, qui facilitait les transactions grâce à sa connaissance de la langue allemande.

D’après ce Hafiz, c’est un gardien de prison de 45 ans, domicilié à Rendeux (province du Luxembourg) et qui faisait défaut au procès, qui lui aurait proposé de se lancer dans un petit commerce parallèle, «  parce qu’il voulait se faire un peu d’argent », a prétendu Hafiz.

Un second gardien, un Arlonais de 55 ans, avait été embarqué dans l’histoire. Les deux avaient été acheter du cannabis à Liège (quelques centaines de grammes au total) pour l’introduire à la prison. Une des transactions, en novembre 2016, avait été effectuée sous le nez des enquêteurs, à l’occasion d’une surveillance policière. Une transaction rapportait, selon le gardien de Rendeux, entre 250 et 500 euros.

Le tribunal s’est montré sévère à l’encontre des deux chefs du réseau ayant déjà des antécédents spécifiques : Ali écope de 7 ans de prison, Hafiz de 50 mois. Une amende de 8.000 euros leur est également infligée. Les participants au réseau sont sanctionnés par des peines de 15 mois à 3 ans, parfois assorties de sursis.

Deux détenus ayant fait venir de petites quantités de drogue en prison, dont un via sa maman, écopent de 8 mois de prison, tandis que le gardien défaillant est condamné à 2 ans ferme et 8.000 euros d’amende. Le gardien qui s’est défendu a obtenu, quant à lui, la peine de travail sollicitée, à hauteur de 240 heures.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Amende|Prison|Trafic de drogue|Prisonniers et détenus|province de Luxembourg
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. JP Marielle

    Marielle, cette voix de timbré!

  2. Abdelhamid Abaaoud était traqué par les services de renseignements du monde entier. Il a pourtant pu commettre les attentats de Paris.

    Terrorisme: comment les renseignements français ont traqué Abaaoud

  3. Laurette Onkelinx.

    Laurette Onkelinx, la dernière séance: «La politique est gloutonne, j’ai payé le prix fort»

Chroniques
  • Grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite