Accueil Sports

Contador, le plus grand depuis Indurain

Le Madrilène compte désormais 7 grands Tours à son palmarès. En réalité, il en a gagné 9 et il vise le doublé Giro-Tour. Analyse.

Journaliste au service Sports Temps de lecture: 4 min

Alberto Contador vainqueur du Giro devant deux coureurs d’Astana, en voilà suffisamment aujourd’hui pour offrir aux nouveaux détracteurs du cyclisme une tonne de grain à moudre dans un moulin hollandais. Il y a trois manières d’apprécier le cyclisme : en considérant que le dopage est systématique et qu’en plus les vélos sont dotés d’un moteur électrique ; en fermant les yeux sans se poser de questions ; ou en appréciant ce sport, certes avec davantage de retenue mais sans omettre les efforts considérables entrepris depuis 8 ans en matière d’antidopage.

Alberto Contador est peut-être le seul coureur de son niveau à réunir ces trois manières d’observer le vélo. Car lorsqu’il a débuté, on fermait encore les yeux. Puis il a été cité dans l’affaire Puerto sans y être inquiété. Il a été empêché de participer au Tour 2008 parce qu’il avait signé pour Astana, une équipe qui avait sali la réputation de la Grande Boucle l’année précédente. Puis il a fini par se prendre des vacances prolongées parce qu’un morceau de viande aurait contenu du clenbutérol lors de sa victoire en 2010. Au bout d’une longue procédure, il a fallu attendre le 6 février 2012 pour qu’il s’entende prononcer une suspension de deux ans, qui ne durera en réalité que 7 mois. En 2012, le Madrilène n’a pas pu participer au Giro et au Tour. Avec le Tour 2008, cela fait donc trois victoires potentielles en moins. Vous y ajoutez les deux succès (Tour 2010 et Giro 2011) qui lui ont été retirés, cela fait donc cinq grands Tours. Or, il vient de remporter son septième effectif (deux Tour, deux Giro, trois Vuelta). Conclusion limpide sur la simple base des chiffres : Contador est le meilleur coureur de courses par étapes depuis Indurain (sept grands Tour lui aussi) mais soyons objectifs, le plus complet depuis l’époque Merckx-Hinault.

Ce n’est pas banal mais cet homme risque pourtant de quitter le monde du vélo sans que cette reconnaissance lui soit accordée, a fortiori depuis que les victoires d’Armstrong et les aveux du Texan ont dégarni le palmarès du Tour. Grimpeur exceptionnel doté d’un grand sens tactique et d’un cyclisme audacieux, offensif, voilà le Contador qu’on adore. Et avec toute l’objectivité requise. Ce n’est pas un suiveur qui se contente de la course par élimination. Il pèse sur le débat, il attaque quand on ne l’attend pas, il est déjà vaillant lors des étapes dites de transition, c’est un gagneur loin du métronome Indurain. Il est pourtant capable aussi d’enfiler un chrono de 60 bornes sans perdre son style. Il possède et affiche surtout le panache, un mot banni du vélo pendant des années mais tellement indispensable à sa grandeur. Voici donc Contador, 32 ans, vainqueur d’un nouveau Giro et dont l’esprit se tourne déjà vers le Tour de France, dans cinq semaines. Un Tour pour lequel il a toujours eu les dispositions pour en gagner cinq, et sans doute l’aurait-il fait sans les multiples arrêts énumérés jusqu’ici.

Car au-delà de son succès, limpide, Contador a dû assumer plusieurs éléments. Commençons par la pression indescriptible imposée par son manager, l’oligarque Oleg Tinkov. Mécontent des prestations de Sagan dans les classiques, l’omniprésent Russe était présent dès le début du Tour d’Italie. Il s’asseyait dans la voiture et prenait parfois même le volant. Jacinto Vidarte, l’homme de confiance de Contador, débarqua sur le Giro aux alentours de la troisième étape. A La Spezia, il nous disait, tout bas. « Le patron (Tinkov), doit se faire opérer du ménisque en Russie, il va donc bientôt repartir, cela fera du bien ! »

Pourtant, à l’inverse de Sagan très sensible aux remarques de son patron, qui rappelle très régulièrement que son Slovaque gagne 4 millions par an, Contador en a vu d’autres. Il se moque comme de sa première vareuse des réactions cutanées du milliardaire qui l’emploie. Forcément, le plus fort, c’est lui. Et après trois semaines d’une tension perceptible, Tinkov a fini par s’offrir une perruque rose. Entre son opération et le classement final, le Russe a mesuré l’impact de Contador sur son équipe. Car au-delà de son palmarès exceptionnel, le Madrilène est désormais le seul à pouvoir briguer le plus grand défi de sa carrière, tellement rare (le dernier appartient à Pantani avec les réserves d’usage, en 1998) : le doublé Giro-Tour. Le palmarès du cyclisme ne rougirait en aucune façon si « El Pistolero » y parvenait alors que, pendant ce temps, ses adversaires Froome et Nibali s’entraînent dans l’anonymat de stages ultra secrets. Contador est peut-être de la vieille école mais il fait aimer le vélo. Il n’est pas certain que cette remarque soit valable pour ses concurrents.

Keisse complète la fête des Belges

Temps de lecture: 1 min

A la veille du contre-la-montre par équipes de Sanremo, qui aurait misé sur le plus beau Tour d’Italie réalisé par les Belges depuis la nuit des temps, ou presque ? Libérés, sans la pression qu’ils gèrent plutôt difficilement, Maxime Monfort et Jurgen Van den Broeck ont apporté à Lotto un classement final qui génère des points essentiels pour l’équipe belge (vainqueur aussi avec Greipel) au classement WorldTour. Soucieux d’être repris pour le Tour, Monfort possède désormais une arme redoutable, ses résultats. Sur le plan individuel, Philippe Gilbert a crevé l’écran, en particulier lors de sa seconde victoire d’étape à Verbania où il a accompli très certainement l’exploit de sa carrière dans une course de cette ampleur. Sans sprinter pur, la Belgique a conclu le Giro sur une note euphorique : le poursuiteur Iljo Keisse s’est extirpé du peloton parti pour un sprint massif en compagnie d’un autre spécialiste de la piste, l’Australien Durbrigde. Le Gantois a ainsi offert un bouquet inespéré à Etixx.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb