Robert Vertenueil sur Carrefour: «Honteux et abject de jeter 1.200 personnes à la rue»

© Bruno D’Alimonte | Le Soir
© Bruno D’Alimonte | Le Soir

La FGTB a fait plusieurs propositions pour « sortir tous les retraités de la pauvreté ». « Le gouvernement doit revenir à plus de sentiments, dans ce dossier. Il a déjà fait plusieurs choses pour diminuer les pensions. C’est un mauvais système », a déclaré Robert Vertenueil, sur les ondes de La Première.

Le secrétaire général de la FGTB veut « 1.500 euros de pension minimum », estimant que « le gouvernement doit se mettre autour de la table pour négocier sereinement, qu’il ne faut pas précipiter les choses ».

Une grève possible

Le syndicat envisage de faire grève « si on touche aux droits des travailleurs ».

Robert Vertenueil regrette, enfin, la faible marge de manœuvre des syndicats dans le dossier Carrefour. « Ce qui est simplement à constater, c’est que c’est honteux et abject qu’une entreprise ayant fait un bénéfice de deux milliards d’euros décide de jeter 1.200 personnes à la rue », a-t-il conclu.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Carrefour Belgique|Grève
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite