Accueil Belgique

Politique migratoire: l’autre opposition au gouvernement

Des universitaires, en grand nombre, signent deux cartes blanches aujourd’hui dans notre journal : sur les visites domiciliaires et sur la politique migratoire en général. Partout, les corps intermédiaires s’échauffent et se mobilisent. Un phénomène.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

C’est le grand réveil des corps intermédiaires ? La fin du consensus mou ? Le retour de l’engagement ? Un peu 68 après cinquante ans de calme plat ? Un 68 d’un genre nouveau en l’occurrence, où la mobilisation est ici le fait d’acteurs institutionnels, de groupes de pression, d’associations, de porte-parole qui jouent un peu aux avant-gardes, aux lanceurs d’alerte…

Il y a un faisceau de présomptions. Les politiques mises en œuvre au fédéral et les offensives idéologiques de la N-VA, essentiellement sur la politique migratoire et l’asile, ont eu un effet polarisateur et, du même coup, suscité des prises de position en cascade.

Un bref tour d’horizon, et quelques grands témoignages au passage, rend compte du phénomène.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Passtoors Hélène, mardi 30 janvier 2018, 14:28

    'Anticorps' c'est le mot. "La société produit des anticorps, des contre-pouvoirs", finalement contre les foyers combien infectieux qui depuis des années sont en train de détruire notre société et ses valeurs. Valeurs produits de tant de guerres, tant de luttes, tant d'efforts de clairvoyance et de recherche de la dignité. Finalement de la lumière dans les ténèbres de l'impuissance qui nous poussaient vers le désespoir ou le cynisme. Merci à TOUS, citoyens, 'élites" des corps intermédiaires, politiques capables d'oublier l'électoralisme, médias, tous ceux qui ont retrouvé la dignité. Vive le printemps belge!

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 30 janvier 2018, 14:12

    Cela n'existent pas les élites et les citoyens lambda parce qu'il est impossible d'en donner une définition, sauf à humilier les uns et les autres. Bref, le problème actuel est un problème juridique., à savoir le domicile reste t'il inviolable? C'est d'autant plus inquiétant que le gouvernement permet et encourage déjà la délation et veut supprimer les Juges d'instruction.

  • Posté par Carnaille Cedric, mardi 30 janvier 2018, 12:12

    Un phénomène? Est-ce un phénomène qu'une minorité de la population écrit deux cartes blanche relayées par la presse. On pourrait presque assimiler le journal le Soir au Washington post et les quelques rédacteurs de ces cartes blanches au milieu très huppé des électeurs d'Hilary Clinton. Des lois sont votés pour éviter une immigration excessive et si les lois sont votées le processus démocratique est respecté et l'état de droit également.

  • Posté par Serge Vandeput, mardi 30 janvier 2018, 12:22

    Ces élites (?) francophones cherchent vraiment a pousser la NVA au dessus des 50% et la fin du pays? Est ce que ces mêmes élites savent si nos finances nous permettent ce genre d'aventures? Je crains surtout que du cote des Belges fr ce sera la misère dans les plus pauvres coins de la Wallonie cad Liège, Charleroi et Mons. A moins que tout cela est juste du cinéma de la part de nos élites? Des cris et puis plus rien.

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs