Accueil Culture Scènes Les spectacles à l'affiche

Avant la fin Catherine Graindorge nous livre son père sans le moindre artifice

Catherine Graindorge livre un seule-en-scène d’une douceur lumineuse pour raconter un père et une fille, pour dire aussi la mort dans ses facettes les plus absurdes.

Le 14 novembre 2019 au Foyer culturel de Perwez.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Avril 2015. Sur son lit d’hôpital, en soins palliatifs, le célèbre avocat Michel Graindorge demande à sa fille de faire quelque chose pour lui après sa mort. « Un spectacle ? », avance-t-elle. « Ce serait pas mal », sourit-il. Promesse tenue ! Avant la fin de Catherine Graindorge livre un seule-en-scène d’une douceur lumineuse pour raconter un père et une fille, pour dire aussi la mort dans ses facettes les plus absurdes.

A chacun ses outils pour accepter la perte d’un proche. Celui de la comédienne et violoniste Catherine Graindorge, c’est le théâtre. Avant cela, elle a tout essayé – « yoga, méditation, millepertuis, oméga 3, acupuncteur, faciathérapie, enlacer des arbres, crier face à la mer » – mais l’acceptation s’est fait attendre. C’est donc sur la scène qu’elle fera son deuil, armée de son violon, d’un rétroprojecteur, d’une foule d’archives et de quelques pas de sirtaki.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Les spectacles à l'affiche

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs