Accueil Société

Les Parisiens sous le choc: «Pas ça! Pas chez moi!»

Durant tout le week-end, la capitale française a vécu en léthargie, sous le coup de l’état d’urgence et des trois jours de deuil décrétés par les autorités. Mais les Parisiens sont surtout marqués par la terrible réalité des attentats : les tueurs ont frappé au pied de leurs immeubles, sur des terrasses qu’ils fréquentent quotidiennement.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 6 min

Paris groggy. Tout au long du week-end, la capitale française a vécu dans une sorte d’état second, entre léthargie et comas post-traumatique. Les consignes données par les autorités dans le cadre de l’état d’urgence et des trois jours de deuil national sont pour beaucoup dans l’ambiance cotonneuse qui a régné samedi et dimanche dans le centre de la ville.

Mais il y avait autre chose aussi dans l’air parisien ces jours-ci. De la tristesse, beaucoup. De l’incompréhension et pas mal de colère. Et une peur sur laquelle les habitants cherchaient à mettre des mots comme pour la défier : « Pas ça ! Pas chez moi ! Pas dans mon quartier ! » hurlait presque Joséphine samedi soir, devant le Carillon et le Petit Cambodge, deux des restaurants qui ont servi de cible aux tueurs, dans le dixième arrondissement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs