Le Luxembourg va accueillir les Galeries Lafayette

Le Royal-Hamilius est un projet de qualité où se mêlent construction, immobilier, architecture et urbanisme puisqu’il va impacter les espaces publics existants.
Le Royal-Hamilius est un projet de qualité où se mêlent construction, immobilier, architecture et urbanisme puisqu’il va impacter les espaces publics existants. - D.R.

Nous vous avons déjà parlé dans ces colonnes d’un projet immobilier qui va métamorphoser le centre-ville de Luxembourg au Grand-Duché. Implanté au cœur même de la ville, le Royal-Hamilius s’étendra sur cinq bâtiments et mêlera un ensemble de fonctions : commerces, bureaux, logements, parkings, une place (la place Hamilius) et même un piétonnier.

Pour l’heure, les travaux vont bon train. L’élévation du bâtiment qui abritera les Galeries Lafayette (dont le nom a été dévoilé ce mardi au cours d’une conférence de presse) et la Fnac frôle le deuxième niveau d’un ensemble qui en comprendra six.

La résidence Royal-Aldringen qui hébergera une partie des 73 lots de logements prévus dans le projet atteint sa mi-hauteur au quatrième étage et le bâtiment de bureaux se dévoile au même rythme en progressant sur son deuxième niveau.

Les Luxembourgeois devinent aujourd’hui la future place de la Poste qui effectuera la jonction entre le boulevard Royal et la rue Aldringen. Une place qui sera entourée de deux bâtiments résidentiels dont la remise des clés est prévue pour l’automne 2019.

Enfin, le parking et ses rampes d’accès avancent, eux aussi, à grandes enjambées et les façades couvriront progressivement le gros œuvre des superstructures dès cet été. Ce sont elles qui donneront le volume, l’identité et la déclinaison des affectations du projet dans son ensemble.

Un ensemble de cette envergure (on parle ici d’un projet de 36.000 m2 hors sol pour une facture totale évaluée au début des travaux à 300 millions d’euros) ouvrira évidemment en phases successives. Mais c’est incontestablement l’automne 2019 qui dessinera le nouveau visage du centre-ville avec l’ouverture du volet commercial.

À ce sujet, le développeur Codic International, l’architecte Norman Foster et les instances de la Ville étaient très heureux d’annoncer la signature d’un mastodonte comme les Galeries Lafayette. L’ensemble de magasins bien connu étendra ses ailes sur 9.000 m2. « De telles surfaces sont introuvables dans l’hyper-centre de Luxembourg où le bâti est très morcelé, explique Thierry Behiels, le CEO de Codic. Le projet Royal-Hamilius donne la possibilité à des enseignes demandeuses de larges espaces de pouvoir s’implanter en centre-ville. Chaque plateau aura une surface de 1.600 m2 et sera ouvert sur l’extérieur grâce à de larges baies vitrées. »

Pour l’heure, le patron de Codic s’emploie à trouver un gestionnaire du « sky-restaurant », l’endroit gastronomique qui prendra place sur le toit du bâtiment et qui promet d’offrir une vue imprenable sur la ville de Luxembourg qui accueille chaque année quelque 3,5 millions de visiteurs internationaux, notamment issus du tourisme d’affaires. « Le Royal-Hamilius apportera une complémentarité et une nouvelle dynamique à la rue Aldringen, à la Grand-Rue et à l’avenue Monterey, poursuit Thierry Behiels. Le nouveau piétonnier assurera la continuité du circuit commercial existant. Le nouveau quartier sera facilement accessible grâce à la mise en service du tram en 2019 et le parking de 630 places. Incontestablement, Luxembourg se dote de tous les atouts nécessaires pour être une des capitales les plus attractives d’Europe. »

Enfin, on a appris que les Galeries Lafayette ont pour ambition d’ouvrir une vingtaine de magasins dans les grandes capitales mondiales dans les cinq années à venir.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Immobilier|Restauration|Europe|Grand-Duché de Luxembourg|Norman Foster
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite