Ixelles: la caserne se mue en école

Le ministre-président Rudi Vervoort.
Le ministre-président Rudi Vervoort. - Belga.

L’école primaire néerlandophone Lutgardis, dont les locaux sont situés avenue de Béco, à Ixelles, occupera durant 18 mois une partie du site des anciennes casernes de la gendarmerie, à Ixelles, durant les travaux de rénovation et d’agrandissement de ses locaux actuels.

La Région de Bruxelles-Capitale et la Commission communautaire flamande (Vlaamse Gemeenschapscommissie - VGC) ont uni leurs forces pour accueillir les élèves sur ce site promis à un avenir universitaire international, d’ici 2025, ont annoncé jeudi le ministre bruxellois des Finances Guy Vanhengel (Open-VLD), et le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS).

Concrètement, la Région bruxelloise mettra à disposition de l’école un vaste bâtiment et une cour de récréation. La VGC financera les travaux pour adapter et sécuriser l’infrastructure pour les 220 écoliers et leur équipe professorale. L’ouverture de cette école temporaire est prévue pour le 1er septembre 2018.

Dès 2020, les élèves et professeurs de l’école Lutgardis pourront réintégrer l’école avenue Emile de Béco qui aura été entièrement rénovée. La VGC investira trois millions d’euros dans l’opération. « Je me réjouis que certains bâtiments du site des Casernes puissent profiter d’une seconde vie en accueillant momentanément les enfants de l’école Lutgardis en travaux, a déclaré le ministre-président Rudi Vervoort. Usquare accueillera par ailleurs de nombreuses activités temporaires en lien avec les universités qui ne manqueront pas d’animer les lieux en attendant la finalisation des travaux prévue en 2023-2025. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite