Maisons Blavier passe au crible quelques tendances de l’immobilier

La grande maison neuve appartient au passé. Le Belge veut aujourd’hui loger dans des espaces plus petits.
La grande maison neuve appartient au passé. Le Belge veut aujourd’hui loger dans des espaces plus petits. - D.R.

Le jeudi 22 février, Batibouw ouvrira ses portes aux professionnels (le samedi 24 au grand public). À quelques encablures de cet événement phare du monde de la construction – et donc de l’immobilier –, les entreprises y vont de leur enquête personnelle.

La société Maisons Blavier vient ainsi d’éditer la septième édition de son rapport annuel sur les tendances du marché. L’enquête a été menée en ligne par le bureau d’études indépendant iVOX entre le 12 et le 19 décembre 2017 auprès de 500 personnes menant un projet immobilier, l’ayant réalisé au cours des cinq dernières années ou comptant l’entreprendre dans les douze prochains mois.

L’entreprise clé-sur-porte met en avant un point : près d’un Belge sur deux estime que renforcer l’habitat dans les villes ou dans les cœurs de villages favorise les contacts sociaux avec le voisinage et préserve les espaces verts (opinion surtout partagée par les néerlandophones). Mais attention à l’augmentation du bruit et du trafic, ainsi qu’à la perte d’authenticité des villages.

Une personne sur 4 habitant une zone rurale dit envisager un jour de déménager vers un noyau d’habitat plus dense et ce, pour éviter la solitude et les embouteillages. Une donnée intéressante pour un promoteur comme Maisons Blavier. « Nous veillons à intégrer de manière optimale chaque projet de construction dans une ville ou un village », estime ainsi Stefan Hallez, le directeur général de Maisons Blavier.

Que ce soit à la campagne ou en agglomération, dans une maison unifamiliale ou un appartement, tous les répondants au sondage considèrent comme indispensable la possibilité de se détendre à l’extérieur de leur chez-soi sans croiser les regards indiscrets des riverains.

L’étude montre que la très grande majorité des personnes interrogées (97 %) a son jardin ou au moins une terrasse privée. 69 % des répondants affirment d’ailleurs ne pas pouvoir habiter un logement qui en serait dépourvu. Une proportion considérable de répondants tient aussi à sa vie privée : 3 répondants sur 4 préfèrent avoir leur jardin plutôt qu’un espace de jeu collectif et 1 sur 2 n’est pas du tout tenté par des formes d’habitat avec jardin partagé.

De nos jours, on le sait, les logements neufs ont tendance à être plus petits. Les Flamands interrogés (69 %) estiment qu’un logement plus petit est plus abordable financièrement, contre 29 % seulement de Wallons. Par contre, un plus large consensus se dégage pour estimer qu’il représente une source d’économie d’énergie. « La réduction des surfaces habitables est une tendance qui se confirme depuis plusieurs années mais il est faux de croire que les logements plus petits permettent moins de possibilités en matière de confort, poursuit à ce sujet Stefan Hallez. Avec un plan judicieusement pensé, le potentiel est tout aussi grand mais les frais d’entretien et d’énergie nettement moindres. »

Par ailleurs, l’enquête démontre que si le Belge est ouvert d’esprit par rapport au logement partagé, il reste encore et toujours attaché à l’habitat traditionnel (avec une préférence pour la petite maison avec jardin plutôt qu’un grand appartement avec terrasse). « Il y a deux ans, un répondant sur cinq envisageait dans une phase ultérieure de sa vie des formes alternatives d’habitat. Ils sont un sur deux aujourd’hui », constate-t-on chez Maisons Blavier.

On signalera encore que la confiance dans l’évolution de la situation économique en Belgique est passée de 55 à 62 %. Les néerlandophones sont plus optimistes que les francophones (52 % – 28 %). « Constater une hausse de la confiance est encourageant pour le secteur de la construction dont on peut espérer qu’elle subisse un regain de dynamisme », conclut à ce sujet Stefan Hallez.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Immobilier|Rapport annuel|Urbanisme|Belgique
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © René Breny - Le Soir

    Le prix des maisons a augmenté de 25% en huit ans

  2. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  3. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite