Accueil Monde

Après les attentats de Paris, le cœur oblige à la raison

Le président François Hollande réunit ce lundi après-midi le congrès à Versailles. Au-delà des mots et des symboles, il devra trouver les réponses adaptées. L’immense émotion ne doit pas contrarier le sang-froid.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 3 min

Dimanche, des milliers de Français n’ont écouté que leur cœur. Ils se sont rassemblés place de la République à Paris. Malgré l’interdiction de manifestation décrétée dans la foulée de l’état d’urgence. Malgré la peur qui les a saisis quand ils ont cru qu’ils auraient devant eux un nouveau cauchemar. Ce n’était, cette fois, que des pétards. Leur dignité, comme d’ailleurs tous ces messages envoyés de par le monde, ces monuments éclairés de bleu-blanc-rouge, cette Marseillaise jouée au Metropolitan Opera de New York ou ce refrain d’Imagine sorti samedi d’un piano à queue posé devant le Bataclan, oblige la France.

À l’horreur de cette nuit de novembre, des hommes et des femmes ont tenu à montrer qu’ils resteraient debout. Qu’ils ne sacrifieraient ni la liberté, ni l’égalité, ni la fraternité. Que la mort ne triompherait pas de la vie. Les dirigeants se doivent d’être à la hauteur de ce message.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs