Uma Thurman sort du silence et accuse Harvey Weinstein d’agression

© Photo News.
© Photo News.

Un nouveau témoignage contre Harvey Weinstein. L’actrice américaine Uma Thurman, égérie du réalisateur Quentin Tarantino et proche de son producteur Harvey Weinstein, a accusé le magnat déchu d’Hollywood d’agression et de pressions à son encontre dans une interview publiée par le New York Times samedi.

Après un rendez-vous de travail à Paris qui avait pris une tournure équivoque quand Harvey Weinstein avait invité l’actrice dans sa chambre d’hôtel, puis dans un sauna de l’établissement, Uma Thurman avait retrouvé son producteur à Londres, aussi dans sa chambre d’hôtel.

«  Il m’a poussée et a essayé de se jeter sur moi et de se déshabiller. Il a fait plein de choses désagréables », raconte-t-elle dans l’interview.

«  M. Weinstein reconnaît avoir fait des avances à Mme Thurman après avoir mal interprété son attitude à Paris. Il s’est immédiatement excusé », a réagi dans un communiqué un porte-parole de l’ancien producteur, qui suit actuellement une thérapie en Arizona. Le porte-parole décrit la relation entre les deux comme «  une relation de travail amusante et mêlée de séduction ».

La menace du producteur

Après l’agression, qui s’est déroulée après la sortie de « Pulp Fiction » (1994) et avant le tournage de « Kill Bill : Vol. 1 » (2003), Uma Thurman s’est rendue dans l’hôtel de son producteur pour lui faire face. Elle explique l’avoir alors mis en garde : «  Si tu fais ce que tu m’as fait à d’autres personnes, tu vas perdre ta carrière, ta réputation et ta famille, je te le garantis ».

Selon son amie Ilona Herman, qui l’avait accompagnée, Uma Thurman était bouillonnante de colère quand elle a quitté Harvey Weinstein à l’issue de leur discussion ce jour-là. Le producteur avait menacé de compromettre sa carrière.

Des accusations niées par l’intéressé, qui a fait savoir par le biais de son porte-parole qu’Uma Thuman était une «  brillante actrice ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite