Magritte du cinéma: «Insyriated» de Philippe Van Leeuw triomphe avec 6 récompenses (vidéo)

Dans cet article

Ce samedi, le monde du cinéma belge revêtait ses habits de lumière pour célébrer sa créativité. Après avoir descendu le tapis bleu du Square, Mont-des-Arts à Bruxelles, tous sont réunis pour la huitième édition des Magritte.

Cette année, c’est Fabrizio Rongione qui reprenait le rôle de maître de cérémonie. Natacha Régnier en était la présidente et Sandrine Bonnaire a reçu un Magritte d’Honneur.

Grand vainqueur de la soirée : « Insyriated », de Philippe Van Leeuw. Six Magritte sur… six nominations. Un triomphe. «  Les Magritte sont une fête populaire donc ça ouvre à un public qui ne viendrait pas forcément voir nos films, se félicite le réalisateur. Ça donne aussi un certain crédit qui me permettra de continuer dans la même veine. »

Le palmarès

– « Insyriated » a réalisé un carton plein avec six récompenses sur les six nominations, dont le Magritte du meilleur film. Mais aussi : le Magritte du meilleur scénario, de la meilleure musique, du meilleur son et de la meilleure image. Philippe Van Leeuw a reçu pour ce film le Magritte du meilleur réalisateur.

– Magritte de la meilleure actrice  : Emilie Dequenne dans « Chez nous »

– Magritte du meilleur acteur  : Peter Van Den Begin dans « King of the Belgians »

– Maya Dory, Magritte du meilleur espoir féminin pour « Mon Ange »

– Soufiane Chilah, Magritte du meilleur espoir masculin pour « Dode hoek »

– « Faut pas lui dire » de Solange Cicurel, Magritte du meilleur premier film

– « Noces », Magritte des meilleurs costumes. Aurora Marion, pour ce film, a reçu le Magritte de la meilleure actrice dans un second rôle

– Magritte du meilleur acteur dans un second rôle  : Jean-Benoît Ugeux pour « Le Fidèle »

– Magritte du meilleur montage à Sandrine Deegen pour « Paris pieds nus » de Dominique Abel & Fiona Gordon.

– « Le lion et le singe », de Benoît Feroumont, Magritte du meilleur court-métrage d’animation

– « Home », de Fien Troch, Magritte du meilleur film flamand

– Le Magritte du meilleur documentaire revient à « Burning out » de Jérôme le Maire

– Le Magritte du meilleur film étranger a été attribué à « Grave » de Julia Ducournau

Suivez la soirée en direct et en vidéo sur Le Soir.

Les Magritte du cinéma: le direct vidéo de la cérémonie


 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite