Accueil Belgique

La sécurité en équilibre précaire

Un total de 132 caméras, cinquante policiers supplémentaires, des recruteurs djihadistes qui semblent avoir disparu : la situation s’est améliorée à Molenbeek. Reste un gros problème : la drogue.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Dans la salle de dispatching du commissariat de Molenbeek, des images filmées aux quatre coins de la commune forment un impressionnant patchwork. Tantôt, l’une d’entre elles zoome sur un détail avec une précision quasi chirurgicale. «  On est capable de voir la couleur du briquet de quelqu’un à l’autre bout de la place  », soutient Bertrand Vols, récemment nommé chef de corps de la zone de police Bruxelles-Ouest. Difficile sur le moment de ne pas s’imaginer traverser les écrans de contrôle, une fois sorti du bâtiment. De 69 en début de mandature, le nombre de caméras installées sur le territoire de Molenbeek est aujourd’hui passé à 132, selon la bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans. Il devrait même bientôt atteindre les 150. Une augmentation qui répondrait aux demandes de nouveaux citoyens, selon elle.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs