Accueil Économie Consommation

Helen Willems, directrice de Di: «L’enseigne avait une image trop féminine»

Le distributeur entre cosmétiques et droguerie s’active au relooking de ses 119 magasins. Plus qu’un nouveau logo, Di se repositionne et se spécialise. Objectifs de sa boss : retrouver une identité et renouer avec la croissance. En prime : un lancement dans l’e-commerce. Enfin.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 8 min

C’est la nouvelle « Lady Di ». Depuis son arrivée à la mi-octobre 2016 à la tête de l’enseigne, Helen Willems s’active à dépoussiérer les 119 magasins belges dédiés au soin du corps et de la maison. C’est qu’il y avait urgence : Di était en crise d’identité et son chiffre d’affaires stagnait depuis ces trois dernières années sur un marché à la concurrence très mouvante. La dirigeante chevronnée, venue du marketing et de la vente, se réjouit de la cadence de la transformation : en ce moment, deux magasins Di changent de visage… chaque jour ! Et cela se poursuivra ainsi jusqu’à fin mars pour arriver au bout des 119 succursales. Plus qu’un coup de peinture et un nouveau logo, il s’agit d’un repositionnement pour une chaîne qui vient même de se lancer dans le commerce en ligne, après des années de discrétion sur le net. Mieux vaut tard que jamais.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs