Accueil Société

Après les attentats, Valenciennes s’est endormie pour mieux se réveiller

Dans la ville nordiste où le Belge se rend souvent faire du shopping, on refuse de voir la Belgique comme un terreau du radicalisme. Ce dimanche, la ville tournait au ralenti. Des gens ont peur, d’autres pas. Mais chacun s’accorde à dire que la vie reprendra une fois le choc passé.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Valenciennes, ville frontalière s’il en est. Un week-end classique, les Belges viennent régulièrement s’y ressourcer ou faire du shopping tandis que nombre de Valenciennes passent de l’autre côté de la frontière pour s’approvisionner en articles moins chers tels que le tabac. Ce dimanche, par contre, le centre de la ville nordiste était particulièrement vide et triste. A l’exception de celle chauffée et couverte du café de Paris, les terrasses étaient désespérément vides. Comme la place d’Armes récemment rénovée. Quelques badauds avaient néanmoins trouvé le courage d’affronter le vent violent pour venir déposer quelques fleurs ou allumer une bougie en hommages aux victimes des attentats parisiens au pied de l’hôtel de Ville.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs