Neymar touche 3 millions d’euros par mois au PSG, Meunier 30e salaire de Ligue 1

Neymar touche 3 millions d’euros par mois au PSG, Meunier 30e salaire de Ligue 1
photo news

Combien gagnent les stars du championnat français ? Le quotidien hexagonal L’Equipe s’est penché sur la question ce mardi. Sans surprise, les joueurs du PSG trustent les premières places de ce classement assez particulier. Ce tableau ne tient pas compte des primes perçues par les joueurs en fonction des résultats de leur club.

C’est le Brésilien Neymar qui occupe la première place avec un salaire brut de l’ordre de 3 millions d’euros par mois. Il devance ses coéquipiers Cavani (1.5M), Mbappé (1.5M), Thiago Silva (1.33M), Di Maria (1.12M), Marquinhos (1.12M), Thiago Motta (875.000) et Pastore (770.000). Radamel Falcao, l’attaquant de Monaco, vient « casser » cette suprématie parisienne avec le neuvième salaire de Ligue 1. Le Colombien touche 750.000 euros par mois. Le top 10 est enfin complété par Dani Alves, à nouveau un joueur du PSG, avec 700.000 euros.

Quid de Thomas Meunier alors ? Eh bien, le Belge occupe la 30e place des salaires les plus importants du championnat français. Avec 260.000 euros par mois, il pointe juste derrière Nabil Fekir (OL) et Stevan Jovetic (Monaco).

En ce qui concerne les autres clubs, le joueur le mieux payé de Marseille est Dimitri Payet (14e) avec 500.000 euros mensuels. Mario Balotelli est, lui, 16e et premier Niçois avec 450.000 euros.

Du côté des entraîneurs, c’est Unai Emery, l’entraîneur du PSG, qui truste la première place avec un salaire de 450.000 euros brut. Il devance l’entraîneur de Monaco Leonardo Jardim (350.000), et le technicien nantais Claudio Ranieri (340.000).

L’Italien, fort de son statut de champion d’Angleterre 2016, devance Rudi Garcia, l’entraîneur de Marseille, qui domine largement ses confrères français avec 250.000 euros (4e). Christophe Galtier (7e, 118.000) gagne cinq fois moins à Lille que son prédecesseur Marcelo Bielsa (560.000).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite