Louboutin n’a pas un droit exclusif sur les semelles rouges

Louboutin n’a pas un droit exclusif sur les semelles rouges

Le chausseur français Christian Louboutin n’a pas un droit exclusif sur les semelles rouges, élément iconique des chaussures qu’il fabrique, car la combinaison de la forme (la semelle) et de la couleur (le rouge) peut être exclue de la protection pour une marque, a estimé mardi l’avocat général près la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE).

La Cour était interrogée par le tribunal de La Haye, aux Pays-Bas. Celui-ci avait été saisi d’un litige entre Christian Louboutin et une société néerlandaise, Van Haren, qui produisait des chaussures à la semelle rouge. Christian Louboutin affirmait avoir enregistré une marque consistant en la forme de la semelle combinée à la couleur rouge. Van Haren soutenait pour sa part que la marque déposée par Louboutin est nulle en vertu du droit européen.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous