Accueil Belgique Politique

Chez Publifin, où l’on décide de ne pas décider

Le CDH avait juré qu’il mettrait sur la table du conseil d’administration de l’intercommunale le licenciement de Stéphane Moreau. Résultat : on en reparlera dans quinze jours.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Et c’est reparti pour un tour. Après une nouvelle semaine de rebondissements et musculation verbale dans l’affaire Publifin, le conseil d’administration (CA) de l’intercommunale se réunissait mardi soir, à Liège. Réunion suivie d’une assemblée générale extraordinaire. En théorie, ces joyeusetés avaient pour but de valider les comptes 2015 et 2016 de l’intercommunale. Mais l’épisode du rapport falsifié ayant entraîné la démission du président Paul-Emile Mottard a changé la donne.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Bernard Dropsy, mercredi 7 février 2018, 14:04

    Il faudrait liquider TOUS ceux qui sont impliqués, les faire rembourser et les sanctionner à hauteur de leurs méfaits et mettre à leurs places, des personnes APOLITIQUES et INCORRUPTIBLES ! Oui, je sais, ça fait partie d'un rêve, mais le rêve n'est pas encore taxé mais peut-être plus pour longtemps ! Et en réponse à mr Istasse Bernard, Ils ne vont certainement appeler le vicomte, il fouterait le camp avec le plus gros de la cagnotte !

  • Posté par Willy Van Steen, mercredi 7 février 2018, 10:40

    Tant que St Moreau sera à la barre de façon directe ou occulte, rien ne changera! On n'indemnise pourtant pas le renvoi pour faute grave, qu'attend- t'on pour le mettre dehors, manu militari si nécessaire? Faudra-t'il une révolution inspirée par le dégoût dans cette affaire?

  • Posté par Bricourt Noela, mercredi 7 février 2018, 10:23

    Non seulement leur rémunération et autres avantages de toutes natures sont indécents; mais en outre ils vivent en cercle fermé . Peu de place pour du sang nouveau. Ou alors leurs descendants.

  • Posté par Serge Gabriel, mardi 6 février 2018, 22:53

    CDH un jour, CDH toujours, et tout ceci avec nos impôts, tranquillement, z'ont pas débranché la prise, ils ont installé une rallonge et commandé un compteur bi-horaire ! ah le beau temps de la guillotine ....

  • Posté par Istasse Bernard, mardi 6 février 2018, 22:46

    M'enfin ! pourquoi ne pas appeler l'arrangeur-publique, le vicomte-bidouilleur ?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs