Brussels Airlines: la direction se veut rassurante, il n’y aura pas de suppression de vol

©Belga
©Belga

Il n’y a pas de projet de changer la marque Brussels Airlines à court terme et celle-ci subsistera dans l’immédiat, tout comme l’entreprise en tant qu’« home carrier » pour la Belgique tant pour le moyen que le long courrier, a assuré mercredi Thorsten Dirks, le CEO d’Eurowings, après avoir rencontré les syndicats et les travailleurs de la compagnie aérienne belge. Il n’y a en outre aucune raison de supprimer des vols depuis Bruxelles. Le patron allemand entend surtout faire croître davantage le business des deux compagnies.

«Brussels Airlines reste une compagnie belge. Mais l’entreprise fait à présent partie de Eurowings Group et il est très important pour nous qu’elle rencontre le plein succès dans le futur. Nous voulons qu’elle bénéficie bien plus de notre collaboration », explique Thorsten Dirks. Son entreprise est la compagnie rencontrant la croissance la plus rapide en Europe pour le moment, insiste-t-il, glissant que l’on devrait voir davantage d’avions Eurowings atterrir à Zaventem à l’avenir. C’est une divergence de vues sur la vision d’avenir qui a mené au changement de direction de Brussels Airlines. «Il y avait une incompatibilité entre individus, c’est tout», soutient le CEO.

Brussels Airlines deviendra un centre d’excellence pour le long courrier pour le groupe Eurowings, la filiale de Lufthansa n’effectuant pas (encore) de tels vols pour le moment. Les premières liaisons intercontinentales d’Eurowings devraient démarrer début avril depuis Düsseldorf. La compagnie belge sera en outre un centre de compétences pour l’Afrique pour l’ensemble du groupe Lufthansa, qui veut se développer sur ce continent, a ajouté Thorsten Dirks.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les serres ne sont ouvertes que jusqu’au 10 mai prochain.

    Promenade royale au milieu des arbres bicentenaires

  2. Selon l’IAAF, qui s’appuie sur une étude scientifique indépendante, la surproduction de testostérone rendrait Semenya quasiment imbattable par ses collègues féminines.

    Caster Semenya est-elle trop rapide pour être une femme?

  3. Camille Pisani
: «
Je pense que la moitié de nos problèmes viennent des coupes budgétaires et l’autre moitié du fait qu’on ne peut pas agir d’initiative.
»

    Pisani: «Il faudrait refinancer l’Institut des sciences naturelles de 30%»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Un renouvellement électoral qui en appelle d’autres

    Un vent de changement semble soulever les feuillets des listes électorales. En l’espace de cinq ans, une législature, sept noms sur dix y ont été, en moyenne, biffés et remplacés par d’autres. Quand on observe les places « gagnantes », le chiffre est tout de suite moins impressionnant. A l’exception notable du PTB et de Défi, le renouvellement ne concerne plus qu’un candidat sur six, quand ce n’est pas un sur dix.

    ...

    Lire la suite