JO 2018: Marjolein Decroix sera le 22e athlète belge à Pyeongchang

Edition numérique des abonnés

Marjolein Decroix a été sélectionnée pour les Jeux Olympiques d’Hiver, a annoncé le COIB, le Comité Olympique et Interfédéral belge, portant la délégation belge pour Pyeongchang en Corée du Sud à 22 athlètes (et une réserve).

« La Fédération Internationale de Ski (FIS) vient d’attribuer une place de réallocation supplémentaire au Comité National Olympique Belge pour les Jeux d’hiver. Le COIB a suivi la proposition de la Fédération Royale Belge de Ski et a attribué cette place à Marjolein Decroix », a communiqué le COIB.

Marjolein Decroix, 25 ans, prendra part au slalom, prévu le 14 février. La skieuse de Poperinge (Ypres) est ainsi avertie deux jours avant l’ouverture des JO en Corée du Sud, elle qui avait réclamé en justice de droit de pouvoir figurer dans la sélection belge.

Marjolein Decroix avait en effet réagi à la sélection de Sam Maes, lui-même déjà repêché. La Flandrienne estimait qu’avec sa 40e place obtenue en slalom aux Mondiaux l’an dernier à Saint-Moritz, elle disposait derrière les deux autres sélectionnés, Kim Vanreusel et Kai Alaerts, du meilleur classement parmi les skieurs alpins belges (compte tenu de la blessure d’Armand Marchand). Elle réclamait la 3e place attribuée à la Belgique par la Fédération internationale de ski (FIS). Marjolein Decroix n’avait pas obtenu gain de cause devant le tribunal de première instance de Bruxelles.

Ce n’est pas la première fois qu’une athlète belge est ainsi appelée en toute dernière minute. Pour les Jeux Olympiques d’Eté, Ilse Heylen aurait pu récupérer une place pour les JO de Rio en 2016 deux jours avant la cérémonie d’ouverture, mais la judokate avait décliné la possibilité ne s’estimant pas prête à quelques jours de la compétition.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
C’est un mépris inacceptable à l’égard du Palais
!
», tonne le constitutionnaliste Marc Verdussen (UCL).

    Crise politique: le Roi tenu à l’écart, quelles conséquences?

  2. Charles Michel s’attendait depuis plusieurs jours au départ des ministres N-VA du gouvernement. Sa riposte était prête et il avait déjà préparé.

    Crise politique: les trois scènes qui ont mené à la rupture

  3. Le président de la N-VA a utilisé une formule qui est à la fois extrêmement efficace et qui n’est pas suffisamment outrancière pour qu’on puisse s’en offusquer.

    «Coalition Marrakech», les mots n’ont pas été choisis par hasard

Chroniques
  • Mémoire aux poubelles, mémoire des poubelles

    Dans son documentaire Un héritage empoisonné, (voir aussi) Isabelle Masson-Loodts (entre autres membre du collectif Huma) établit un parallèle effrayant entre, d’une part, la « gestion » des obus et autres vestiges de la Première Guerre et, d’autre part, la gestion des déchets nucléaires menée par l’ANDRA (l’Agence nationale française des déchets radioactifs, NDLR). En cent ans, le constat n’est pas tant que l’on n’a rien appris ; c’est surtout que les mêmes erreurs sont commises, au nom de la même ignorance, du même cynisme et du même mépris des populations locales.

    La région de la Meuse, dans le nord de la France, permet à la réalisatrice de conforter ce parallèle ; elle a connu les dévastations de la Grande Guerre, les affres du nettoyage des déchets toxiques de cette guerre (obus souvent chargés de produits chimiques, cadavres…), et aujourd’hui, les projets d’enfouissement à plus de 500 mètres sous terre des déchets...

    Lire la suite

  • La souveraineté, cette dangereuse obsession

    S i la question se posait aujourd’hui, la Belgique ne signerait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Françoise Tulkens, ex-juge à la Cour européenne des droits de l’homme, est catégorique et en veut pour preuve les dissensions gigantesques qui entourent la signature du pacte migratoire. L’ex-juge souligne l’hostilité actuelle aux textes supranationaux, bien éloignée de l’enthousiasme d’il y a vingt ans.

    ...

    Lire la suite