Accueil Monde France

Macron en Corse: la République, rien que la République

A Bastia, le président a rejeté la quasi-totalité des revendications des nationalistes. Il plaide pour faire de l’île l’avant-garde d’une nouvelle politique méditerranéenne. Mais le territoire doit rester ancré dans la République, prévient-il.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

Une Corse promise à devenir « le phare » de la politique méditerranéenne de la France. Une Corse dont l’État est prêt à prendre en compte la spécificité. Mais une Corse indissociable de la République. Au terme d’un déplacement tendu de deux jours dans l’île de Beauté, Emmanuel Macron s’est montré très ferme vis-à-vis des nationalistes. Ceux-ci étaient pourtant en position de force après leur triomphe aux élections territoriales de décembre. Le tandem Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni avait remporté 56 % des voix, lui permettant de s’installer aux commandes de la nouvelle collectivité territoriale unique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs