Accueil Économie Consommation

L’Europe approuve le plan «anti black-out» de la Belgique

La ministre Marghem devra toutefois modifier la loi actuelle pour répondre aux remarques européennes.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

Voilà une épine de moins dans le pied de la ministre de l’Energie Marie-Christine Marghem (MR). Bon, il en reste encore quelques-unes, notamment le (gros) blocage autour du pacte énergétique. Mais ce mercredi, place aux heureuses nouvelles. La Commission européenne vient en effet de valider le mécanisme belge de « réserve stratégique ».

Depuis l’hiver 2014-2015, la Belgique dispose d’une telle réserve. Une sorte de dernier rempart avant la pénurie d’électricité, en cas d’hiver particulièrement rude. Comment ça marche ? L’Etat offre une rémunération à des fournisseurs de capacité électrique (une centrale au gaz, une société prête à réduire sa consommation sur demande) pour faire partie de cette réserve. Et la Belgique dispose alors de capacités qu’elle peut actionner en dernier recours, pour éviter la pénurie.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Bernard Dropsy, jeudi 8 février 2018, 16:37

    A bannir absolument ça coûte trop cher ce genre de choses et on n'a qu'a envoyer promener l'Europe !

  • Posté par Weissenberg André, jeudi 8 février 2018, 10:05

    Et encore une fois, on copie les mauvaises et (très) coûteuses fausses bonnes idées de l'Allemagne! Ces fausses bonnes idées sont pourtant en droite ligne le produit dérivé de la calamiteuse volonté de sortie du nucléaire pour raisons idéologiques, qui a contaminé notre classe politique. En effet, sans cette absurde sortie du nucléaire, pas besoin de "réserve stratégique"! Sans "sortie du nucléaire", pas de coûts exorbitants supplémentaires sur la facture des ménages (et des entreprises) belges. Et puis, le coût mentionné de cette réserve stratégique, de 1,5 euro par 3500 kw/h est tout bonnement faux! Il omet notamment tous les coûts indirects, résultant notamment de l'influence négative de cette mesure sur la fixation du prix de l'électricité sur le marché (limitationde l'utilisation des capacités disponibles = pression à la hausse....). Enfin, on peut aussi se demander à bon droit quoi servent alors les millions récoltés au titre de la "taxe nucléaire" imposée par le gouvenement aux opérateurs des centrales nucléaires pcq le coût de celles-ci est (largement) amorti? Ces taxes doivent bénéficier intégralement au consommateur! Leur montant doit notamment servir à amortir le coût de la transition énergétique pour le consommateur! À bon entendeur! les élections arrivent!

  • Posté par Dopchie Henri, jeudi 8 février 2018, 11:36

    Bien sûr, la sortie du nucléaire est absurde. Attendons pour ce faire la décision technique de l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire. Cependant nos centrales nucléaires sont toujours là, et il apparaît que la réserve est nécessaire dès cet hiver. Quoi qu'on fasse, quelle sera la situation après la sortie du nucléaire? N.B.: kw-h et non kw/h.

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs