Accueil Opinions Chroniques

La campagne électorale en Flandre se joue sur les réseaux sociaux

Les partis flamands n’ont pas raté le train du numérique et touchent désormais un public très large via Facebook, Twitter et Instagram. Sur le net, la campagne électorale est déjà lancée. Une stratégie payante, en particulier pour la N-VA. Ivan De Vadder, journaliste de la VRT, nous donne tous les 15 jours son analyse de ce qui se vit, se pense et se trame dans la Flandre politique.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Une étude récente sur les tendances à utiliser des médias digitaux en Flandre dévoile un nouveau fossé entre les générations. L’étude a été effectuée par l’IMEC qui est un institut de recherche interuniversitaire flamand, situé à Louvain. Ce fossé entre les générations entraîne un changement fondamental de comportement des médias, mais aussi des partis politiques. Pour atteindre leur électorat, les partis flamands se concentrent de plus en plus sur les réseaux sociaux, car ils ne peuvent désormais plus compter sur les médias traditionnels pour atteindre tous leurs électeurs.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Bricourt Noela, jeudi 8 février 2018, 17:10

    Justement, il est encore temps de réagir avant les élections et de ne pas partir vaincus. Monsieur Francken a "copié" Trump et c'était évident dès le début. Mais beaucoup de personnes ont réagi face à ses projets . Il va réfléchir deux fois avant de recommencer, parce qu'il va être surveillé par ceux qui réfléchissent. S'il tweete , c'est parce que la presse sérieuse le laisse tomber et qu'il sait qu'une partie des électeurs agit sur pulsion. En fait, il l'a fait trop tôt et dévoilé ses batteries prématurément .

  • Posté par Linard André, jeudi 8 février 2018, 14:59

    Rien à redire sur le constat. Mais cette évolution a deux conséquences. 1. sur les réseaux sociaux, les messages sont courts. Ils risquent d'aboutir à présenter de façon simpliste des problématiques en réalité complexes. Vers le règne du "il n'y a qu'à"? 2. Si les acteurs politiques, économiques et autres s'adressent directement au public en contournant les médias, qui apportera la distance critique? Qui mettra en perspective? Qui révélera ce que ces acteurs veulent taire?

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs