Nivelles: «Tout au Beurre» est toujours au firmament de la djote

Dans cet article
Véronique Bouchonville, la patronne de Tout au Beurre, estime qu’elle doit s’adapter pour garder la position de leader.
Véronique Bouchonville, la patronne de Tout au Beurre, estime qu’elle doit s’adapter pour garder la position de leader. - V. F.

Bien sûr, il y a le carnaval et le tour Sainte-Gertrude. Mais depuis plus de trente-cinq ans, les Aclots attendent juste avant l’arrivée du printemps un autre grand moment de folklore local, alliant convivialité et tradition. La remise des labels de qualité organisée par la confrérie de la tarte al djote est une soirée incontournable dans une ville où chaque année sont vendus environ 300.000 exemplaires de cette spécialité culinaire qui fêtera en 2018 ses… 800 ans d’existence.

Les fabricants voient également arriver l’échéance avec appréhension ; c’est que la perte ou le gain d’une étoile attribuée par les confrères peut fortement influencer le chiffre d’affaires de l’année. Il y a quelques semaines, le Grand Bailly Christian Dalne avait annoncé une hausse globale de la qualité, et elle s’est confirmée : six fabricants décrochent deux étoiles, et un nouveau (Fou d’Nivelles) en obtient trois dès sa première participation.

Du côté de la tête du classement, le Chant du Pain accède au firmament avec une cinquième étoile. Mais Tout au Beurre, la boulangerie-pâtisserie de la rue de Namur, reste une année de plus le meilleur fabricant de tarte al djote de Nivelles. Un titre mondial, en réalité, puisqu’on n’en fait nulle part ailleurs !

Indétrônable, Tout au Beurre ?

« La recette, c’est la base mais il faut la travailler, explique Véronique Bouchonville. Les produits ne sont pas les mêmes tout au long de l’année. Le fromage est différent lorsque les vaches sont à l’étable ou en pâture, la bette italienne qu’on utilise en hiver – on ne travaille qu’avec du frais – n’est pas la bette belge de l’été… Il faut s’adapter, c’est du travail et l’expérience joue beaucoup. Mais la confrérie se rajeunit aussi, les goûts des anciens ne sont peut-être pas les même que ceux des plus jeunes. Si on ne bouge pas, d’autres vont passer devant. Cela peut arriver… »

Le classement

Voici le classement, dans l’ordre décroissant. Obtiennent cinq étoiles la boulangerie-pâtisserie Tout au Beurre, suivie de la boulangerie-pâtisserie Le Chant du Pain. Quatre étoiles : la taverne-restaurant l’Union, et le London’s Pub. Trois étoiles : boulangerie-pâtisserie Maison Jacquet, et Fou d’Nivelles. Deux étoiles : Chef Antoine, Vincent Gossiaux, Alain Blanchart (La Djoterie), taverne-restaurant Au Duc de Brabant, boulangerie Au P’tit Boulanger, Taverne Le Central. Une étoile : Ferme de la Panneterie et ASBL Emeraude.

En ce qui concerne les doubles, les trois maisons qui en fabriquent encore décrochent une poêle d’or. Dans l’ordre décroissant, voici les lauréats : Taverne-restaurant l’Union, boulangerie Au P’tit Boulanger, et taverne-restaurant Au Duc de Brabant.

La Consœurie en quête d’un local…

Par Vincent Fifi

Pas de cérémonie de remise des labels sans un spectacle concocté par les confrères pour brocarder en public les personnalités locales, principalement politiques. Ils n’ont pas dérogé à la tradition mardi soir en construisant leur show sur le principe de Viva for Life : il s’agissait de relever un défi pour offrir enfin un local à la Consœurie des secrets de dame Gertrude.

Qui s’en étonnera quand il est question de canestia, tant André Flahaut (qui proposait la Pharmacie militaire) que Pascal Rigot (qui visait l’emplacement du Mc Do), Evelyne Vanpee (le local technique du futur cinéma) et le faux Pierre Huart (l’hôtel de ville contre le palais de justice) s’y sont cassés les dents.

Les confrères un peu aussi malgré de (très) bons moments, trous de mémoire et manques de coordination ont quelque peu cassé le rythme du sketch…

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Gastronomie|Philippe de Belgique
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des tout proches de Dimitri Fourny font aussi partie des inculpés.

    Soupçons de fraude électorale à Neufchâteau: qui est responsable des fausses procurations?

  2. Une traversée post-électorale difficile pour Corneille Nangaa, le président de la Céni.

    RD Congo: le président de la Commission électorale dans la tourmente

  3. La série «Chimerica», présentée en compétition officiel du festival, explore les relations est-ouest sur fond de campagne électorale américaine.

    La politique s’invite dans les séries de demain

Chroniques
  • Loi climat: les cahiers au feu et le CO2 au milieu!

    Lorsque la Belgique a navigué jadis sans gouvernement pendant un an et demi, régnait un étrange sentiment d’allégresse et de liberté – sauf dans les milieux politiques. Une atmosphère d’école buissonnière genre « les cahiers au feu et le prof au milieu » !

    Rien de commun avec «  l’ambiance gilets jaunes  » qui agite la France. Là, les manifestants se battent contre les politiques pour leur arracher le pouvoir. Le « peuple » (c’est-à-dire eux) réclame le droit de voter ou de modifier les lois, renvoyer les parlementaires dont la tête ne leur revient pas, tout décider par référendum et son contraire.

    Chez nous, rien de tel. Les citoyens n’avaient aucune envie de toucher...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite