L’ancien journaliste de la RTBF Paul Danblon est décédé (vidéo)

© Sylvain Piraux - Le Soir
© Sylvain Piraux - Le Soir

Paul Danblon, pionnier du journalisme scientifique à la RTBF, est décédé à l’âge de 86 ans, annonce le service public sur son site internet. Ses funérailles auront lieu mardi dans la plus stricte intimité. «Licencié en chimie, musicien, compositeur et comédien de formation, Paul Danblon était un homme de sciences, de culture, de médias et de partage», souligne la RTBF.

Connu notamment par le biais de l’émission «Le point de la Médecine», Paul Danblon débute au sein du service public en participant à certaines émissions de Radio-Jeunesse sur les ondes de l’Institut national de radiodiffusion (INR, ancêtre de la RTBF). Il prend ses fonctions comme journaliste scientifique en 1951 et entame alors une carrière dans le milieu qui durera plus de 35 ans. «Il connaît aussi les débuts de la télévision au moment de l’Exposition universelle de Bruxelles en 1958», pointe encore la RTBF.

Après sa carrière de journaliste, Paul Danblon a notamment dirigé l’Opéra royal de Wallonie de 1992 à 1996.

Les funérailles de Paul Danblon auront lieu ce mardi dans la plus stricte intimité.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Fin de vie et mort|Belgique
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A la table des négociations sur les accords de Grenelle le 27 mai 1968, on retrouve notamment le Premier ministre Georges Pompidou (au centre) et, à sa gauche, Jacques Chirac, alors secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi.

    France: quand le pouvoir tente d’acheter la paix sociale

  2. Quelle ambitoin pour l’avenir
? «
40 ans, c’est l’âge du pouvoir, à 60, on reçoit ce qu’on vous réserve.»

    Koen Geens: «Le débat identitaire est vide et instrumentalisé»

  3. Lorenzo Pellizziari, cofondateur de Retviews, avec son équipe, dans leurs bureaux partagés de l’avenue Louise à Bruxelles.

    Retviews: des Bruxellois qui fricotent avec les géants du luxe français