La tête du militant belge Bahar Kimyongur mise à prix

Bahar Kimiyongur.
Bahar Kimiyongur. - D.R.

Le militant belge d’extrême-gauche Bahar Kimyongur figure depuis ce week-end sur la liste des terroristes les plus recherchés par la Turquie (terroananlar.tur.pol) qui mélange les noms de près de 900 personnes appartenant aux mouvements kurdes, d’extrême-gauche ou à l’Etat islamique. Cette liste, dont la première version remonte à 2016, présente les personnes recherchées sous 5 catégories, correspondant à la dangerosité qui leur est affectée par Ankara : rouge, bleu, vert, orange et gris.

214.000 euros de récompense

Bahar Kimyongur figure sur la «liste verte». Une récompense « pouvant aller jusqu’à un million de livres turques » (214.000 euros) est promise pour tout renseignement menant à sa capture.

Bahar Kimyongur avait été acquitté en Belgique pour des faits allégués de terrorisme (l’affaire dite du DHKP-C), mais avait été frappé depuis 2006 d’un mandat d’arrêt international délivré par la Turquie en raison de sa participation à un chahut organisé le 28 novembre 2000 lors de la visite à Bruxelles du ministre turc Ismaïl Cem. Il avait été arrêté à trois reprises, aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne en raison de l’existence d’une « notice rouge » délivrée par Interpol à la demande de la Turquie. La Belgique avait prêté son concours à l’exécution de son arrestation aux Pays-Bas. Cette « notice rouge » avait à chaque fois été déclarée illégale par les juridictions des différents pays concernés. Le 22 août 2014, Interpol avait officiellement retiré la « notice rouge » visant le ressortissant belge.

Plainte déposée

« Je dépose une plainte aujourd’hui pour menaces contre le gouvernement turc, nous dit Bahar Kimyongur. J’en appelle aussi au gouvernement belge pour faire cesser cet harcelement. Je suis inquiet pour moi-même, ma femme et mes enfants. Cette inquiétude est d’autant plus vive qu’un projet de loi dispensera bientôt de poursuites les auteurs de crimes contre des personnes recherchées. Le fanatisme nationaliste peut également frapper en Belgique. »

En août dernier, Bahar Kimyongur avait déjà déposé une plainte contre le ministre turc de l’Intérieur après la publication, par le Centre de recherche et d’études du ministère de l’Intérieur (AREM) d’un livre le qualifiant de « représentant féroce d’une organisation terroriste » et de « fondateur d’une organisation terroriste ». Cette plainte pour diffamation, harcèlement moral, atteinte à l’honneur, incitation à la haine, avait été déposée à Istanbul.

L’insertion de son nom dans la liste des terroristes les plus recherchés de Turquie intervient quinze jours avant la sortie de son livre « Fehriye Erdal, tête de Turque » consacrée à la militante du DHKP-C qui avait réussi à échapper à la Sûreté de l’Etat alors qu’elle était assignée en résidence à Bruxelles. Erdal, toujours en fuite, avait été condamnée par défaut en février 2017 pour sa participation à un triple assassinat commis en 1996 par un commando du DHKP-C en Turquie.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite