Procès Abdeslam: «Chacun à sa place», scande le Conseil supérieur de la justice

©Reuters
©Reuters

Ce lundi, le Conseil supérieur de la justice (CSJ) a suggéré qu’au lieu de « créer la cacophonie à tous les étages », et si « chaque pouvoir restait dans son rôle et pratiquait le respect mutuel ? »

«  Une place pour chacun et chacun à sa place ». Le CSJ a envoyé lundi un communiqué pour, d’après les précisions de sa présidente Magali Clavie, «  siffler la fin de la récréation, au terme d’une semaine particulièrement chargée en déclarations peu nuancées ».

«  Ministres, parlementaires et magistrats ont le devoir d’exercer leurs pouvoirs respectifs. Ils ont aussi celui de l’honorer, chacun, avec dignité et l’interdiction de l’outrepasser ou d’empiéter de quelque façon que ce soit sur ceux qui ne lui appartiennent pas », déclare dans ce communiqué le bureau du CSJ, qui «  déplore de devoir rappeler de telles évidences ».

L’instance ne pointe du doigt aucune personne en particulier

L’instance ne souhaite pointer du doigt aucune personne en particulier. Mais sa communication fait évidemment suite aux critiques adressées par le ministre de l’Intérieur Jan Jambon à l’avocat de Salah Abdeslam, Sven Mary.

Récemment, différents magistrats ont par ailleurs critiqué ouvertement le pouvoir politique. Citons le président du tribunal de première instance de Bruxelles Luc Hennart, la présidente de l’Association syndicale des magistrats Manuela Cadelli ou encore le premier président de la cour de cassation Jean de Codt.

«  On a l’impression d’assister à une escalade », analyse en tout cas Mme Clavie. «  Chacun a le droit de s’exprimer mais il faut faire attention à ne pas mettre en cause la crédibilité d’un autre pouvoir. On ne peut pas revendiquer la séparation des pouvoirs et en même temps revendiquer le pouvoir de l’autre. » Le CSJ craint notamment que certaines déclarations donnent l’image d’une justice politisée.

Composée de 44 membres, magistrats ou non, cette institution est chargée de sélectionner les magistrats en vue d’une nomination et d’exercer un contrôle externe sur la justice.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grogne est perceptible dans les écoles primaires et maternelles de Wallonie et de Bruxelles.

    Le blues des directeurs des écoles maternelles et primaires

  2. «
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce luni.

    Brexit: Theresa May promet l’impossible

  3. ©IGOR PREYS

    Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour ce faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Les directions aussi attendent de la considération

    Un pilote… Vingt casquettes… La fonction de directeur est à l’école fondamentale ce que Rémy Bricka fut dans les années 70-80 à la variété française : un homme-orchestre, capable de jouer d’une demi-douzaine d’instruments en même temps. Et d’en maîtriser bien d’autres. La preuve par l’agenda d’une directrice lundi matin : signer un contrat avec une nouvelle enseignante, recevoir un couple de parents dépassés, répondre aux sollicitations de l’Afsca, gérer un dossier...

    Lire la suite