Procès Abdeslam: «Chacun à sa place», scande le Conseil supérieur de la justice

©Reuters
©Reuters

Ce lundi, le Conseil supérieur de la justice (CSJ) a suggéré qu’au lieu de «  créer la cacophonie à tous les étages  », et si «  chaque pouvoir restait dans son rôle et pratiquait le respect mutuel ?  »

«  Une place pour chacun et chacun à sa place  ». Le CSJ a envoyé lundi un communiqué pour, d’après les précisions de sa présidente Magali Clavie, «  siffler la fin de la récréation, au terme d’une semaine particulièrement chargée en déclarations peu nuancées  ».

«  Ministres, parlementaires et magistrats ont le devoir d’exercer leurs pouvoirs respectifs. Ils ont aussi celui de l’honorer, chacun, avec dignité et l’interdiction de l’outrepasser ou d’empiéter de quelque façon que ce soit sur ceux qui ne lui appartiennent pas  », déclare dans ce communiqué le bureau du CSJ, qui «  déplore de devoir rappeler de telles évidences  ».

L’instance ne pointe du doigt aucune personne en particulier

L’instance ne souhaite pointer du doigt aucune personne en particulier. Mais sa communication fait évidemment suite aux critiques adressées par le ministre de l’Intérieur Jan Jambon à l’avocat de Salah Abdeslam, Sven Mary.

Récemment, différents magistrats ont par ailleurs critiqué ouvertement le pouvoir politique. Citons le président du tribunal de première instance de Bruxelles Luc Hennart, la présidente de l’Association syndicale des magistrats Manuela Cadelli ou encore le premier président de la cour de cassation Jean de Codt.

«  On a l’impression d’assister à une escalade  », analyse en tout cas Mme Clavie. «  Chacun a le droit de s’exprimer mais il faut faire attention à ne pas mettre en cause la crédibilité d’un autre pouvoir. On ne peut pas revendiquer la séparation des pouvoirs et en même temps revendiquer le pouvoir de l’autre. » Le CSJ craint notamment que certaines déclarations donnent l’image d’une justice politisée.

Composée de 44 membres, magistrats ou non, cette institution est chargée de sélectionner les magistrats en vue d’une nomination et d’exercer un contrôle externe sur la justice.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’opération aurait pu rapporter gros
: 1 million d’euros par an d’’économie d’impôts pour Chelsea et N’Golo Kanté, selon nos calculs effectués sur la base des documents Football Leaks.

    Football Leaks: N’Golo Kanté, le joueur qui ne voulait pas être payé dans un paradis fiscal

  2. «
Je ne pensais pas que Dedryck jouerait si peu quand nous avons reçu l’offre de Manchester City, explique le père du jeune Bruxellois. Vous savez, j’ai moi-même été footballeur et je ne voulais pas priver mon fils d’une aussi belle occasion de percer.
»

    Temps de jeu limité, désillusions...: l’Angleterre n’a rien d’une terre promise pour les jeunes footballeurs

  3. En mars 2022, la plus grande prison du pays – elle accueillera 1.190 détenus
– sera opérationnelle. L’idée d’un établissement pénitentiaire en périphérie bruxelloise date de 2009. © Pierre-Yves Thienpont.

    La prison de Haren va coûter un milliard d’euros à l’Etat

Chroniques
  • Centenaire de l’armistice: un monde sans mémoire

    Avec la Toussaint, la fête des morts et les commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale, nous sortons d’une intense période mémorielle, qui a retenu l’attention de tous les médias. Mais cette accumulation de rites, d’images et de discours ne doit pas occulter le fait que nous entrons dans un monde sans mémoire.

    Comme Péguy l’a montré, la mémoire n’est pas l’histoire : c’en est même le contraire. La mémoire est un lien vivant, concret, presque charnel, avec un passé qui reste vivant, qui nous concerne et nous touche. Elle nous rattache à l’expérience des générations antérieures par une chaîne de témoignages, de gestes, de rituels dont nous avons été partie prenante, qui ont imprimé en nous des images, même vagues, chargées de sens et d’affects. L’histoire au contraire est une science, un regard neutre et objectif, un retour sur un passé avec lequel les...

    Lire la suite

  • Le siège de Gaza doit cesser au plus vite

    Un nouveau cycle de violence a commencé dimanche dans la bande de Gaza et aux alentours. Un enchaînement connu, un scénario déjà vu et entendu, une lancinante répétition d’événements funestes, prévisibles, prévus et pourtant rien n’y a fait, pas même de très sérieuses tractations ces dernières semaines en vue de consolider un cessez-le-feu… Au total, des bombardements, des morts, des blessés, une grande majorité côté palestinien comme toujours, des bâtiments détruits, des espoirs déçus.

    Même la...

    Lire la suite