Accueil Opinions Éditos

N-VA, on s’étonne, mais le scénario est connu

Bart De Wever affiche toujours la couleur, on ne peut pas lui reprocher ça. L’édito de David Coppi.

Édito - Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Avec la N-VA, on s’étonne, on s’indigne, un peu comme si on découvrait le film. Le scénario est connu pourtant dans les grandes lignes. Bart De Wever affiche toujours la couleur, on ne peut pas lui reprocher ça.

Engageant son parti dans une législature fédérale sans programme institutionnel, il avait tracé les grands axes de campagne (permanente) dans ces circonstances : en plus du socio-économique, la sécurité et l’identité.

La N-VA s’applique à poursuivre cette stratégie. Moins elle fait de communautaire, plus elle fait du sécuritaire et de l’identitaire. Une balance fine.

De cette manière, elle reste bien dans ses fondamentaux, ceux d’un parti conservateur, populaire, ancré à droite ; et elle est conquérante électoralement, ce qui est quand même un but en politique.

Où en est-on ? Ces derniers temps, ça y va : la descente de police dans les locaux de l’ASBL Globe Aroma, les opérations déjouées (grâce aux fuites au sein de la police et à la vigilance de plate-forme citoyennes) au parc Maximilien, la pression législative pour autoriser des visites domiciliaires, la surveillance accrue (en partie par des sociétés privées, c’est le projet du ministre) sur les parkings autoroutiers, les critiques visant l’avocat d’Abdeslam… Ça s’enchaîne.

Et ça bouscule au passage quelques règles constitutionnelles ou internationales pas dérisoires, comme la séparation des pouvoirs, l’inviolabilité du domicile, ajoutez l’article 3 de la convention européenne des droits de l’homme dans le cas des expulsions vers le Soudan.

La N-VA fait bouger les lignes, comme on dit. Et on a tort de réduire tout cela à une affaire de « style », de « com’ », de « posture » (on dit ça souvent à propos de Theo Francken), de forme, car on est en plein dans le contenu. C’est du sérieux.

Pour autant, recadrons s’il vous plaît : ces politiques sont mises en œuvre par un gouvernement démocratique, et, en son sein, par les représentants d’un parti, la N-VA, dominant juste parce qu’il a le plus grand nombre de sièges à la Chambre – ils ne sont pas volés, ils sont bien élus.

Conséquence, prévisible, la N-VA met tout son poids dans le rapport de forces politique. C’est ce qui se produit actuellement sous nos yeux.

Pour autant, s’il y a une logique, il n’y a pas de fatalité, et quand ce poids lourd prend ses aises comme il le fait en ce moment, on est en droit, peut-être en devoir, de rappeler que l’État de droit n’est pas négociable. On a raison de se mobiliser.

Tenez, à tout prendre, on préférait presque la N-VA communautaire à la N-VA sécuritaire. C’est dire…

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Bernard Dropsy, mardi 20 février 2018, 12:54

    Communautaire ou sécuritaire, la NVA est nuisible pour le pays dans tous les sens, il n'y a rien de bon là-dedans ! Et ils n'ont pas encore osé présenter un programme, incapacité ou peur de sortir maintenant celui qu'ils ont en tête mais qui ferait fuir même quelques uns de leurs électeurs en leur ouvrant les yeux ?

  • Posté par Monsieur Alain, mardi 13 février 2018, 22:35

    Dommage que Mr Coppi ne se prononce pas sur la séparation des pouvoirs quand des membres éminents du pouvoir judiciaire prennent, de leur côté, publiquement et en-dehors de leur tribunaux respectifs des positions politiques qui relèvent de la compétence des deux autres pouvoirs. Pour le surplus, je persiste, il n'y a aucune immixtion du Ministre de l'Intérieur dans les prérogatives du Pouvoir Judiciaire, il n'est pas partie au procès de Salah Abdeslam et n'y intervient en aucune manière. Eh oui, il donne une opinion qu'on aime ou qu'on n'aime pas il faut la supporter à moins d'instaurer une liste des opinions qu'on peut émettre et celles qui sont interdites....

  • Posté par Lemaire François, mardi 13 février 2018, 12:50

    Communautaire ? Pourquoi ne pas oser dire nationaliste?

  • Posté par Ledent Philippe, dimanche 18 février 2018, 19:03

    Parce que vous pensez que la NVA veut réellement la scission du pays ? Une fladre indépendante devait demander une adhésion à l'Union Européenne. Adsion qui devrait être acceptée à l'unanimité des pays membrure. Déjà on peut douter de d'enthousiasme de la Belgique résiduelle, mais surtout aujourd'hui il n'existe palud beaucoup de doutes sur la position de l4espagne. En plus la France, l'Italie et l'Allemagne ne seront pas forcément des alliés. Donc même avec beaucoup d'optimisme il faudrait sans doute au minimum une décennie pour qu'une Flandre Indépendante intègre l'Union Européenne. Or le premier client de la Flandre est la Wallonie, puis ensuite le reste de l'Europe et enfin, très loin derrière, le reste du monde. Durant cette décennie, la Flandre devrait donc renégocier des accords commerciaux avec tout le monde et en attendant payer des droits de douanes. Elle devrait aussi créer une monnaie, quelle en serait sa valeur sur les marchés mondiaux (en sachant que la Flandre ne serait pas dans l'UE). Sa dette risquerait d'exploser. Et fini la coopération agricole, nucléaire, scientifique et la jeune génération flamande ne serait sans doute pas enchantée de dire adieu à Erasmus. Au fait, la NVA n'a jamais déposé un projet de loi à la région pour proposer l’indépendance. Bart de Wever n'est sans doute pas fou.

  • Posté par Serge Vandeput, mardi 13 février 2018, 16:30

    Mais si nous ne pouvons pas vivre avec ce régime NVA, pourquoi ne pas accepter la scission du pays? Bey bey NVA. Ah oui, il y a l'argent.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une