Accueil Culture

Louis Paul Boon, paradoxe à la belge

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Son nom évoque à lui seul l’un des paradoxes de notre pays. Considéré comme l’un des auteurs majeurs de langue néerlandaise du XXe siècle, Louis Paul Boon est ultra-populaire en Flandre, mais inconnu ou presque côté francophone. Peu importe qu’il ait été proposé à plusieurs reprises comme candidat néerlandophone (Flandre et Pays-Bas réunis) pour le Prix Nobel de littérature, que ses funérailles en 1979 aient été un événement national ou qu’un de ses livres ait inspiré le mythique Daens de Stijn Coninx…

Après avoir été adapté sur grand écran en 1981, sur un scénario d’Hugo Claus, Menuet, un autre de ses romans, trouve un nouveau souffle sur scène à travers un opéra composé par Daan Janssens et mis en scène par Fabrice Murgia. Une manière de rendre accessible ces textes à un autre public, de leur donner une nouvelle vie mais aussi peut-être de faire connaître un auteur parfois injustement oublié.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs