Accueil Société

Le F-35, boulet du Pentagone et des contribuables américains

Le F-35 affiche de « sérieux manquements ». Le programme, vieux de 16 ans déjà, aurait atteint une forme de « stagnation » liée à l’absence d’améliorations notables dans les progrès du F-35.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 4 min

Depuis New-York

En apparence, le temps est au beau fixe pour le F-35, qui « vole dans 8 pays, a été acheté par 11 nations, est opéré depuis 12 bases, et dont 1000 exemplaires voleront en 2022 », comme le rappelle sur Twitter l’ambassade américaine en Belgique.

En apparence seulement, car en coulisses, la tempête fait rage. Le 23 janvier dernier, était présenté un rapport annuel sur l’état d’avancement du programme Joint Strike Fighter. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le F-35 ne fait pas l’unanimité chez les galonnés, les pilotes, voire les ingénieurs de Lockheed Martin, qui peinent à régler une myriade de défauts structurels chez cet appareil appelé à dominer les cieux jusqu’en 2070.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Roosemont Charles, mardi 23 octobre 2018, 12:02

    En tous cas, PAS de "soi-disant EURO" fighter. Brexit, SVP. Si on n'est pas assez bons que pour être ensemble dans l'Union, on n'est pas assez bons que pour piloter LEURS avions.Depuis qu'ils ont voté pour sortir de l'UNION, "ils" n'ont jamais été si nombreux à venir "sur le continent" .Qu'ils restent chez eux, avec leurs avions,tellement supérieurs qu'ils sont ,les BRITISHs.

  • Posté par Coets Jean-jacques, jeudi 15 février 2018, 10:53

    Cette littérature est disponible depuis des années sur Internet, il semble que seuls les politiciens flamands, Nva en particulier, soient incapables de la trouver...ou de la comprendre. Les Canadiens ont annulé leurs commandes, les Anglais ont hésité entre plusieurs modèles car les promesses US ne tiennent pas la route ET ils ont déjà donné aux Ricains tout leur savoir-faire V/Stol. Ce marché du siècle s'annonce le hold-up du siècle. N'oublions pas la vente du F-104 qui était un intercepteur pur mais que le Pentagone a réussi à vendre comme chasseur-bombardier ou anti-navire à coup de millions de dollars sous la table...

  • Posté par Didier Marc, jeudi 15 février 2018, 8:24

    avec un rapport aussi accablant, maintenant c'est certain qu'on va les acheter. comme les hélicoptères qui sont censés remplacer les sea king...

  • Posté par Weissenberg André, jeudi 15 février 2018, 10:59

    Bien sûr, aider nos amis américains passe aussi par les aider à amortir le coût faramineux de certains programmes d'équipement ou d'armement sans avenir ... Ainsi, ce ne serait pas la première fois qu'ils se retrouvent avec un programme d'avion de combat ne répondant pas à leurs propres besoins. Le F-104 s'est avéré ex-post être un de ces avions sans avenir aucun, car réponse beaucoup trop pointue (intercepteur rapide de bombardiers soviétiques) à un cahier des charges trop étroitement formulé. C'était déjà le cas aussi (problème inverse du précédent: formulation du cahier des charges beaucoup trop large) programme de chasseur multirôle TFX à géométrie variable (pour toutes les composantes aériennes),qui accoucha du F-111, dont personne ne voulut à l'époque pcq il était trop gros et trop lourd et plus le "ppcd" entre les différents besoins que l'avion dont tout le monde avait besoin. Finalement, l'échec de ce programme déboucha sur les F-14 Tomcat (Navy) et F-15 Eagle (Air Force) puis sur un nouveau programme d'avion multirôle, dont le vainqueur, le General Dynamics YF-16, sera programme d'avion de combat auquel la Belgique participera, tout comme la moitié du monde libre de l'époque. Mais peut-être serait-il plus judicieux pour notre défense aérienne de procéder comme à l'époque de l'achat des Mirage V (considérant que même Israël ne veut pas plus de F-35!) et de s'orienter vers le Rafale à titre de transition, en attendant le prochain avionde combat américain, qui sera sans nul doute bien meilleur que ce F-35 ... et qui équipera alors à nouveau notre défense aérienne pour les prochains 40 ou 50 ans.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs