Protection des données privées: la Belgique fait plier Facebook

Protection des données privées: la Belgique fait plier Facebook

Au quartier général californien de Facebook, à Menlo Park, on n’aura guère le cœur de cliquer sur le bouton « j’aime » en lisant le jugement que vient de rendre le tribunal de Première instance de Bruxelles. Celui-ci vient de condamner de manière très ferme le géant des réseaux sociaux. Motif : il ne respecte pas la législation belge relative à la protection des données.

Dans un texte de quatre-vingts pages, le tribunal a très largement suivi l’argumentaire développé par la Commission belge de la Vie privée, qui avait intenté cette action contre Facebook Inc., Facebook Irlande et Facebook Belgique.

Que reproche-t-on à Facebook ? De collecter des informations personnelles de manière disproportionnée et sans « consentement informé », non seulement des internautes qui sont inscrits à son service mais également de tous les non-membres qui cliquent sur un bouton « j’aime », comme ceux que l’on trouve sur des dizaines de millions de sites web dans le monde. Facebook conserve ces données pour en faire des profils, qui serviront ensuite à mieux cibler les internautes avec de la publicité.

250.000 euros par jour de retard

Dès la signification du jugement, Facebook sera tenu de le publier sur son site web. Il devra également détruire les données personnelles obtenues de manière illégale. Et il aura trois mois pour modifier son système technique afin de le mettre en conformité avec la législation. Une décision assortie d’astreintes dont le montant est à la mesure des revenus de l’entreprise californienne : 250.000 euros par jour de retard, avec un maximum de cent millions d’euros. Même pour Facebook, il ne s’agit pas de roupie de sansonnet.

La décision s’appliquera uniquement aux connexions à Facebook sur le territoire belge. Mais elle couvrira les pages contenant des modules « j’aime », où qu’ils se trouvent dans le monde entier.

Facebook compte faire appel

Facebook s’est dit déçu par le jugement et compte faire appel, a confirmé Richard Allan, son vice-président Public Policy EMEA. De son côté, le secrétaire d’État à la Protection de la Vie privée, Philippe De Backer (VLD), a estimé que la condamnation de Facebook constituerait un jalon important, à l’échelle européenne, pour la transparence dont doivent bénéficier les internautes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite