Brussels Airlines: les actions des pilotes en pause jusqu’au mois d’avril

Brussels Airlines: les actions des pilotes en pause jusqu’au mois d’avril

Les actions de zèle des pilotes de Brussels Airlines sont mises sur pause. Syndicats et direction ont dégagé, vendredi, un agenda pour régler les problèmes soulevés au sujet des pensions et salaires. « C’est la dernière chance pour la direction d’amener une réelle solution », avertissent les syndicats.

La réunion s’est tenue au SPF Emploi à Bruxelles. «  Des rendez-vous ont été fixés pour les mois à venir – jusque fin avril – les problèmes seront abordés point par point », a expliqué Paul Buekenhout (LBC-NVK) après la rencontre.

Le représentant syndical évoque une «  trêve », mais voit la fin du mois d’avril comme une vraie deadline. «  La pression n’est pas partie, au contraire. C’est la dernière, l’ultime chance. Fin avril nous devons avoir des résultats concrets. » Même son de cloche du côté de Filip Lemberecht du syndicat libéral ACLVB. Selon lui, sans résultats un préavis de grève ne pourra être évité.

La direction de Brussels Airlines confirme la continuité des réunions de conciliation. «  Nous nous sommes mis d’accord sur les points à aborder et nous avons fixé un calendrier pour cela », indique la porte-parole Wencke Lemmes. «  Nous prenons tous les points au sérieux et ferons tout pour trouver des solutions. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite