Accueil Sciences et santé

Parler, s’informer: mieux vivre avec Alzheimer

Dire à un malade qu’il est atteint de la maladie permet de mieux préparer la suite.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

T out le monde ne souhaite pas apprendre qu’il est atteint d’une maladie incurable : c’est brutal… », commence le docteur Joachim Schulz, du service de neurologie au CHU Saint-Pierre. A ce jour, il n’existe toujours ni traitement ni prévention de la maladie d’Alzheimer. Pour ce professionnel, informer le patient est le meilleur moyen pour vivre avec cette maladie. Dans la « clinique de la mémoire » qu’il ouvre ce 1er  mars au CHU, cliniques gériatrique, psychiatrique et neurologique seront réunies au même étage pour offrir diagnostic et prise en charge complets. « L’interdisciplinarité est capitale aujourd’hui devant le nombre croissant de patients », observe le docteur à l’origine du projet.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs