Grève à la Stib: le MR veut instaurer le principe de continuité du service

© Belga
© Belga

Le MR veut instaurer le principe de continuité du service, à la Stib. Les libéraux profitent de la grève qui touche le réseau, ce lundi matin, pour remettre en avant leur proposition de loi formulée en novembre 2017. «  D’aucuns nous avaient dit que notre proposition n’était pas utile car peu de mouvements de grève existaient à la Stib, force est de constater que cela n’est pas exact et que notre texte est d’une réelle utilité publique  », estime Vincent De Wolf, chef de groupe MR au parlement bruxellois.

«  La Région de Bruxelles-Capitale se trouve ponctuellement paralysée par des grèves, touchant notamment les transports en commun bruxellois. Ces actions syndicales qu’elles soient organisées en front commun ou par une seule organisation syndicale engendrent de lourdes difficultés pour les Bruxellois et navetteurs, usagers des transports en commun. Ces actions pèsent sur l’activité économique et sociale de notre Région  », expliquent-ils dans un communiqué, en précisant qu’il fallait «  trouver un juste équilibre entre le droit de grève et le droit à la mobilité  ».

Le métro en priorité

Le MR ajoute que la proposition ne «  porte pas atteinte au droit de grève  » et que «  la continuité du service ne constitue donc pas un dispositif « anti-grève » mais bien un dispositif apte à assurer la continuité du service de la Stib dans tous les cas d’interruptions  ».

Les libéraux estiment que les «  lignes de métro doivent faire l’objet en priorité d’une continuité de la Stib  », qui pourrait consister, en cas de grève «  en une diminution de moitié des fréquences de rames de métro sur le tronc commun  ». Cela vaut également pour les lignes de tram et de bus qui «  assurent une couverture maximale du territoire bruxellois  ».

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Le président Macron en visite d’Etat en Belgique: pour quoi faire?

  2. Samedi, ils étaient environ 300.000 à travers le pays, a comptabilisé le ministère de l’Intérieur. Ils ont pris d’assaut les ronds-points, les rocades, les accès aux supermarchés.

    Pourquoi le gouvernement français n’entend pas céder aux gilets jaunes

  3. Photo News

    Rallye d’Australie: Hyundai, ou la continuité… dans la défaite!

  • Les «Gilets jaunes», un Mad Max finalement écologique

    La pollution nuit à l’homme et à son environnement. C’est un axiome.

    Or la voiture pollue. Et parce qu’elle pollue, tout doit être mis en œuvre pour que ses impacts négatifs soient réduits au maximum. Dans ce contexte, l’augmentation des accises sur les carburants est classiquement présentée comme un frein au gâchis environnemental.

    Cette évidence ne peut toutefois occulter les préoccupations des « gilets jaunes ». La hausse des taxes sur le diesel...

    Lire la suite