Pour la première fois en Belgique, un parti animaliste est lancé, DierAnimal (vidéo)

Un nouveau parti unifié et bilingue arrive dans l’arène politique belge. Baptisé DierAnimal, ce nouvel acteur est antispéciste et s’attellera à mettre la question des droits des animaux au centre de l’attention, ont annoncé ses six fondateurs lundi à Bruxelles.

« Les animaux font partie intégrante de la société, la politisation de la question animale est donc plus qu’une nécessité, c’est une évolution des mœurs », estime la présidente Constance Adonis.

DierAnimal s’inscrit dans un mouvement mondial en expansion, il s’agira du 19e parti animaliste sur la planète. Aux Pays-Bas et au Portugal, des partis homologues disposent de sièges parlementaires.

En Belgique, si les fondateurs reconnaissent des avancées dans le bien-être animal depuis la 6e réforme de l’État, ils regrettent que les ministres détenant ces portefeuilles soient issus « de partis qui, dans leur histoire, ne s’en sont jamais souciés ».

Le nouveau parti se targue d’être le premier antispéciste et non-anthropocentré en Belgique. Ses prérogatives « vont de pair avec l’écologie, la défense de la faune et la flore dans leur globalité, (la lutte contre) toutes les inégalités sociales et toutes les discriminations ».

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bart De Wever, président de la N-VA et Charles Michel restent en opposition sur le pacte migratoire.

    Pourquoi Bart De Wever s’obstine à dénoncer le pacte migratoire

  2. Un «
cerveau de la combine
»
: ainsi Carlos Ghosn a été qualifié par Hiroto Saikawa, l’actuel directeur général de Nissan.

    Ghosn sur un siège éjectable aussi chez Renault

  3. «
Nous discuterons de tout cela au sein du gouvernement jeudi et vendredi probablement, il est préférable sans doute de ne pas laisser traîner les choses.
»

    Kris Peeters (CD&V) sur le pacte migratoire: «Je soutiens totalement Charles Michel»

Chroniques
  • Quel sera le nouveau mot de l’année?

    Quel sera le « nouveau mot de l’année » 2018 ? L’an dernier, c’est « Fake news » qui avait emporté les suffrages des lecteurs du Soir. Lequel lui succédera ?

    Pas de changement pour ce quatrième millésime de l’opération menée par Le Soir et l’UCL. La formule reste la même. Et l’objectif aussi : il s’agit toujours, en s’appuyant sur les propositions du grand public, de faire émerger le mot ou la locution qui a connu une diffusion significative en 2018 et que l’on ne trouve pas encore dans l’édition la plus récente des dictionnaires usuels du français tels que le Petit Robert ou le Larousse.

    Concrètement : la première phase est lancée ce mercredi. Il s’agit de recueillir les propositions des lecteurs du Soir via notre site internet. C’est important : le mot ou la locution que vous soumettrez doit être accompagné d’une (courte) définition. Il est possible de soumettre des propositions de néologismes jusqu’au 30 novembre.

    En...

    Lire la suite

  • La Belgique doit approuver le pacte migratoire

    Vous approuvez le pacte migratoire, ou vous partez. Il nous revient que le Premier ministre, Charles Michel, a décidé d’opter pour la plus grande fermeté avec la N-VA concernant cet accord international, qui doit baliser les grands principes de coopération entre Etats du monde s’agissant de la migration.

    Après des mois de contorsions de la Belgique sur des principes humains aussi essentiels que l’interdiction d’enfermement des enfants ou la protection des demandeurs d’asile contre les traitements...

    Lire la suite