Accueil Économie

CD&V et VLD font marche arrière

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 2 min

D’un côté, il y a l’affaire des microfissures. De l’autre, il y a la prolongation de Doel 1 et 2. A priori, les deux dossiers n’ont rien en commun. Mais, politiquement, ils sont liés.

Si le MR et la N-VA ont su convaincre le VLD et le CD&V (deux partis nucléo-frigides) de prolonger Doel 1 et 2 de dix ans, c’est parce que la Belgique courait un risque de pénurie d’électricité à court terme. Seule solution miracle trouvée par la suédoise : prolonger Doel 1 et 2, censés fermer en 2015. Un premier projet de loi actant cette prolongation a été voté. Reste à conclure l’accord financier avec Electrabel, qui devra lui aussi être traduit en texte de loi. Sans cet accord, la prolongation n’est donc pas effective.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs