Accueil Opinions Débats et idées

Antispéciste, anti-viande: DierAnimal descend dans l’arène pour la cause des animaux

Il y aura un parti de plus aux élections législatives et européennes l’année prochaine. Le parti animaliste belge DierAnimal.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

La cause animale disposera-t-elle bientôt de représentants belges dans les parlements des Régions, du fédéral ou même de l’Union européenne ? C’est bien l’intention du tout nouveau parti animaliste qui a été présenté ce lundi. Unitaire et bilingue, DierAnimal a été fondé par six personnes, dont cinq quadragénaires, et aurait actuellement une soixantaine de membres, selon sa présidente, Constance Adonis. Malgré son nom, le parti animaliste belge ne veut pas être réduit à la seule cause animale. « Nous sommes le parti de tous les êtres vivants, précise sa présidente. Nous accordons une place centrale à la question animale, mais nous mettons sur le même pied et prenons autant en considération les humains, surtout les plus vulnérables, et la Planète ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par A.q.t.e. , mardi 20 février 2018, 14:21

    Croire qu'en supprimant leur raison d'être économique, on promeut le futur des animaux domestiques relève de la myopie : en ne les laissera simplement plus se reproduire, puisqu'ils en serviront plus à rien. De la sorte on supprimera un pan entier de l'économie primaire, qui ne se limitera pas aux seuls animaux puisque cela se traduira aussi par une baisse des besoins en cultures fourragères et conduira probablement à terme à la diminution des surfaces cultivées. On laissera donc progressivement les terres inutiles retourner à la vie sauvage, ce qui favorisera le retour des espèces sauvages qu'il faudra bien chasser pour assurer la protection de nos populations ... Chasser, quelle horreur ;-)

  • Posté par Michiels Laurence, mardi 20 février 2018, 12:34

    Encore un petit parti inutile qui n'aura jamais rien à dire. Tout bénéfice pour les plus grands partis qui en sortiront renforcés par la mécanique électorale.

  • Posté par Remi Baeyens, mardi 20 février 2018, 12:21

    Ne dit-on pas : c'est un animal politique ou une bête politique ?

  • Posté par Van Wemmel Thierry, mardi 20 février 2018, 12:12

    A plusieurs reprises, sur divers forums, j'ai eu l'occasion de discuter avec des "antispécistes". Jusqu'à présent, toutes celles et tout ceux que j'ai croisé m'ont laissé la même impression. D'abord, juger, celles et ceux qui ne pensent pas comme eux. Défendre le vivant, c'est bien mais pourquoi s'arrêter aux animaux supérieurs ? A la césure que je ferais à leurs yeux (bien que je ne me considère ni comme spéciste, ni comme antispéciste, une hérésie sans doutes) entre homme et animaux, ils en font une autre avec homme et certains animaux d'une part et de l'autre le reste du vivant. Est-elle plus légitime ? Prigogine l'a bien compris et expliqué. Nous, et tous les êtres vivants sommes des structures dissipatives. Notre existence ne peut se poursuivre qu'en détruisant l'ordre crée par d'autres. Que ce soit du sucre qu'on transforme en CO2 et en H2O ou des protéines qu'on transforme en urée. Quand nous décidons de cultiver du blé à un endroit, ne privons-nous pas toute une faune et une flore qui sans cela aurait existé ? Selon moi, il faut éviter les gaspillages de tout (viandes comme légumes d'ailleurs) et évidemment soigner les animaux qu'on élève mieux qu'on ne le fait aujourd'hui, mais le hasard nous a fait omnivore. Il ne faut pas y voir de pêcher originel, juste un fait.

  • Posté par Van Wemmel Thierry, mardi 20 février 2018, 14:57

    @Luca Serge : En reconnaissant qu'il faut prendre un complément alimentaire si on a pas de régime carné, vous accréditez l'idée qu'on est bien omnivore. Mais je salue l'honnêteté intellectuelle. Pour le reste, pourquoi est-il plus acceptable de faire produire cette vitamine B12 par des être vivants cultivés (et parfois manipulé génétiquement) que de la trouver dans la viande où elle s'est concentrée tout au cours de la pyramide alimentaire ? Quand à la question du jugement, il y en a au moins 3 ou 4 me concernant dans votre réponse, ce qui me conforte plutôt dans ma première réflexion.

Plus de commentaires

Aussi en Débats et idées

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs