Ligue des Champions: l’histoire des confrontations entre Chelsea et Barcelone

Ligue des Champions: l’histoire des confrontations entre Chelsea et Barcelone
Photo News

Les Chelsea – Barcelone ne sont pas des matches Commes les autres. Sur la scène européenne, les deux formations se sont rencontrées à 12 reprises. La moitié de celles-ci se sont déroulées à Stamford Bridge. Le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’elles ont à chaque fois été très spéciales. Retour en images…

5 avril 2000 : une victoire londonienne (3-1) avant la claque catalane

En quarts de finale de la Ligue des Champions, Chelsea affrontait le grand Barcelone de Louis Van Gaal. Pourtant, au match aller, les Londoniens sortaient les crocs et s’imposaient 3-1. Le tout grâce notamment à des pions inscrits en l’espace de dix minutes après la demi-heure de jeu. Les buteurs se nommaient Tore André Flo (2) et Gianfranco Zola (1). Dominateurs, les Blues encaissaient en seconde période un goal des œuvres du Portugais Luis Figo. Un goal qui allait peser lourd puisque Chelsea s’inclinait sévèrement (5-1) lors du match retour au Nou Camp. C’était il y a déjà 18 ans…

8 mars 2005 : la partition parfaite de José Mourinho (4-2) face à Ronaldinho

Depuis la première confrontation en 2000, les deux clubs se croisent régulièrement. Celle qui a marqué un bon nombre de fans était celle en huitièmes de finale en 2005. Après la défaite à Barcelone (2-1), Chelsea allait renverser la vapeur en sa faveur. Et ce, malgré un récital de Ronaldinho, auteur d’un doublé, dont un super-enroulé à l’entrée de la surface de réparation. Pour les Catalans, c’était insuffisant contre une équipe londonienne huilée comme du papier à musique. Ce soir-là, le chef d’orchestre se nommait José Mourinho et ses musiciens étaient Eidur Gudjohnsen, Frank Lampard, Damian Duff et John Terry.

22 février 2006 : les fondations d’un sacre espagnol (1-2)

On prend les mêmes (ou presque) et on recommence un an après. Les Blaugranas de Frank Rijkaard ont eu leur revanche. Emmenés par Ronaldinho et un certain Lionel Messi, les Catalans allaient manger du Blues (1-2). Malgré l’ouverture du score de Thiago Motta pour Chelsea, les Espagnols allaient repartir de Londres avec une précieuse victoire grâce à des buts de John Terry (c.s.c.) et Samuel Eto’o. Au match retour, l’histoire n’a pas repassé les plats. Chelsea n’est pas parvenu à renverser la vapeur (1-1). La suite ? On la connaît ! Barcelone se joue de Benfica, Liverpool et d’Arsenal pour décrocher sa deuxième Coupe aux grandes oreilles à Paris.

18 octobre 2006 : une finale avant la lettre en phase de groupes (1-0)

C’est sans doute la confrontation entre les deux équipes qui aura moins marqué l’histoire de la C1. Engagés dans le groupe A avec le Werder Brême et le Levski Sofia, les deux formations se sont qualifiés sans trop de soucis, malgré des Allemands accrocheurs. Le déplacement du tenant du titre au Bridge était attendu par tous les observateurs. Ce troisième opus entre Mourinho et Rijkaard a tourné en faveur du Portugais (1-0). Didier Drogba étant l’unique buteur de cette affiche. Le match retour a donné droit un partage spectaculaire (2-2). Barcelone a ensuite été éliminé en huitièmes et Chelsea dans le dernier carré.

6 mai 2009 : le héros Andres Iniesta, le drame Tom Henning Ovrebo (1-1)

Après un match âpre, disputé et équilibré à Barcelone (0-0), une place en finale face au grand Manchester United de Sir Alex Ferguson allait se jouer à Londres. Mickael Essien ouvrait la marque tôt dans la partie. On pensait alors assister à une finale 100 % anglaise. Mais, Andres Iniesta sortait de sa boîte dans les arrêts de jeu et décochait une frappe splendide pour qualifier son équipe (1-1). Un match qui a finalement terminé en eau de boudin. L’arbitre de la rencontre, le Norvégien Tom Henning Ovrebo, a été soumis à de nombreuses critiques. Il était accusé de ne pas avoir sifflé plusieurs penalties en faveur de Chelsea. Au terme du match, Didier Drogba avait même clamé : « C’est une honte ! » L’homme en noir a ensuite décidé de ne plus jamais arbitrer après avoir reçu des menaces de mort.

18 avril 2012 : la revanche (1-0) puis la consécration pour Chelsea

N’ayant pas digéré le dernier épisode anglo-espagnol, Chelsea a pris sa revanche en 2012. Après avoir éliminé Naples et le Benfica, les Londoniens de Roberto Di Matteo se frottaient de nouveau aux Catalans. Cette fois, Didier Drogba était le héros de cette soirée printanière. L’Ivoirien était le seul buteur de la partie et permettait aux siens de se rendre au Camp Nou l’esprit serein. Là-bas, Chelsea faisait le gros dos et agissait en contre, notamment grâce à Fernando Torres, pour tenir le résultat nul (2-2). 2012, l’année de la consécration puisqu’après avoir sorti Barcelone, Chelsea se jouait du Bayern Munich pour remporter la première C1 de son histoire.

(

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite