Accueil Société

Aide médicale urgente: «Les migrants finissent par abandonner les soins»

La réforme de l’aide médicale urgente est présentée ce mercredi au Parlement. Objectif : identifier et sanctionner les soins de conforts accordés aux « illégaux ». Le secteur dénonce une stigmatisation inutile : la simplification des démarches devrait être la priorité, trop de gens restent à l’écart.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 5 min

L es abus, c’est fini ! » Denis Ducarme signifiait la fin de la récré, le mois passé lors d’un entretien avec nos confrères de la DH. Dans le viseur du ministre MR en charge de l’Intégration sociale, les soins de confort offerts par des médecins complaisants à des migrants « illégaux » aux frais du contribuable. Et de citer des cas de chirurgie esthétique, échographies de grossesse non nécessaires, circoncisions… Un projet de loi, présenté en deuxième lecture à la Chambre ce mercredi, doit ainsi mieux encadrer les contrôles de l’aide médicale urgente (AMU), le dispositif qui offre une prise en charge des soins de santé aux migrants en situation irrégulière (voir ci-dessous).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bricourt Noela, mercredi 21 février 2018, 15:32

    Honteux de récolter des électeurs de cette manière.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs