Accueil Belgique

La Belgique privée de loi contre l’obsolescence programmée

Le MR n’a pas réussi à convaincre ses partenaires de majorité à se rallier à sa proposition de loi contre les produits tombant trop vite en panne. Ecolo fulmine. La ministre Marghem déplore cet échec.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Depuis deux ans, les membres de la commission de l’Economie de la Chambre planchent sur une proposition de loi (nourrie par Ecolo, le PS et le CDH) visant à lutter contre l’obsolescence programmée. C’est-à-dire cette technique que des industriels de l’électroménager et de l’informatique mettraient intentionnellement en place pour réduire la durée de vie de leurs produits. A la demande de Marie-Christine Marghem (MR), ministre du Développement durable, une étude a été menée sur le sujet. Il en ressort que l’obsolescence programmée est très difficilement démontrable mais que des mesures concrètes permettraient de la battre en brèche. On songe à une extension de la garantie légale, à une mention de la durée de vie et d’un indice de réparabilité sur les emballages des produits ou encore à l’obligation pour les marques de disposer de pièces de rechange.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par PETIT Robert, mercredi 21 février 2018, 20:42

    Au fou !

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs